Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 19:57

 

      - " Fais attention à ce produit petit détraqué, si tu le touches tu sais bien ce qui se passe. Gare au jaunissement accéléré ! " tempêta d'une voix sèche la Mère inquiète, sur le point de quitter la pièce.

     - " N'écoutez pas, ayez confiance et buvez, pas trop vite au début ! " claironna la jeune voix turbulente, mais très sympathique en ce moment de grande détresse.

 

      Faire confiance, en terre inconnue et les yeux clos, n'est pas une mince affaire, je vous le dis. Mais il est des moments où il faut prendre des risques pour avancer même dans le noir le plus complet. Je les pris après un temps supplémentaire de réflexion et portais le récipient à mes lèvres, avalant sans retenue son contenu. C'était bien de l'eau.

 

     - " Merci, tu me sauves la vie ! " lançais-je reconnaissant.

      - " Ce n'est rien, je l'avais sous la main. Mais prenez un peu de ce tube maintenant. C'est très étudié, très riche, très reconstituant, très..."

     - " Très froid ! mais correct. " avançais-je avec un plaisir évident.

     - " J'en ai une grande réserve, dans un endroit très secret. N'en dites rien ! "

     - " Promis ! comment t'appelles-tu mon grand ? "

     - " Mon nom est Sacoltofilo, le fils édifié de Sacolto, votre sauveur de ce dernier jour sans vie. "

      - " Comment sans vie ? et toi ? et moi ?

     - " c'est à dire que vous n'auriez jamais dû sortir de votre emballage. Mon père est très ennuyé, c'est la première fois que cela lui arrive. Vous lui avez dit que vous étiez des V.A.P. alors il n'a pas réfléchi et vous a emmené ici. Comment un humain peut-il appartenir à cette cohorte ? c'est trop délirant ! "

 

       - " Bon, je suis démasqué. Dis-moi à quoi ressemble ton unité d'élite! je me trompe ?

      - " Non, ce sont les meilleurs dans leur genre. Chaque élève rêve d'en faire partie. Les Vérificateurs à Arme Préparée sont les plus grands d'entre nous. Ils sont d'une efficacité redoutable.

     - " Peux-tu m'enlever ce bandage de mes yeux ?

     - " Je ne crois pas non, il y a un numéro dessus. Et seule la personne qui l'a mis peut le retirer, mon père est allé la chercher. "

     -  " Aide-moi à me lever alors. "

     - " Surtout pas ! tu vas faire peur à mon limadingue "

     -  " Ton lima...  quoi ?

     -  " C'est rien, vous verrez plus tard. J'entends des pas. Ils viennent par ici. "



Repost 0
Published by Topirate - dans ROMAN
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 22:21

 

      Le réveil fut douloureux. Les membres en compote et la tête lourde, tel était mon fardeau du moment. Impossible d'ouvrir les yeux, bloqués en position off. Le son d'une voix douce me fit dresser les oreilles.

 

      - " Heureuse de vous recevoir sous mon toit et de voir votre éveil si précoce. Sacolto m'a dit que vous étiez des V.A.P. Je ne savais pas qu'ils engagaient des humains. A titre d'essai ? " .

 

      Ce n'était pas spécialement ce que je souhaitais entendre, la priorité se portait plutôt du côté de mon estomac qui criait famine. Je répondis cependant du mieux que je pus en essayant de me remémorer mes précédentes actions.

 

     - " Vap est un bien grand mot, disons que j'étais là à titre d'expérience et pour un unique voyage. J'ai rempli ma mission et je dois absolument partir dans les plus brefs délais. Mais avant serait-t-il possible d'avoir un peu d'eau ? Un peu de nourriture aussi peut-être, je suis vraiment affamé ".

        - " Vous savez, nous ne mangeons pas de ce pain-là et boire ce liquide ne fait pas partie de nos habitudes. Il doit nous rester un peu de bouillie de câble ou encore des plaquettes de tôle ondulée, je crois. " avança cet étrange bout de femme, que j'imaginais sévère.

 

      - " Que...qui a du lait ? lançais-je en me léchant les babines.

      - " Je disais de la tôle ondulée, rien de plus, Monsieur... "

      - " R, appelez moi simplement R, c'est mon nom de code. "

 

     - " Je crois qu'il ne comprend pas Mahi, il est beaucoups plus proche de mon limadingue. Mon manuel va nous éclairer, je vais le chercher. " articula sereinement une autre voix plus jeune.

 

     Certainement que je comprenais, trop bien même. J'avais atterri je ne sais où, dans un endroit oublié du monde, de mon monde. La civilisation avait perdu un combat ici, même si la gentillesse et l'attention portées à mon égard me redonnaient quelques espoirs.

     Mais suis-je une antiquité pour me trouver dans un manuel ?

     Une curiosité sans doute ?

     Je continuais à me parler à moi-même, dans l'irréalité la plus totale. Peut-être déjà à moitié fou ?

Repost 0
Published by Topirate - dans ROMAN
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 11:59

      Un glissement sourd se fit entendre, une sorte de vibration continue qui se rapprochait rapidement de l'ouverture prévue à cet effet. Une silhouette attendait dans la lumière des spots surpuissants qui le surplombaient. Aucune chance qu'elle manque la réception, son allure était des plus attentionnée.

      - " Le signal disait vrai, encore un colis pour notre section ! lança une voix au ton détaché.
      - " Voyons que nous dit-il ? " s'interrogea cet être très minutieux.
      - " Hum N° 26. Un humain évidement ! Empaqueté, donc éteint. " constata-t-il quelque peu contrarié.

      Mais la qualité de l'emballage laissait à désirer, et le Répartiteur fit la moue à l'examen plus attentif de cette masse inhabituelle. Plusieurs côtés étaient déchirés, laissant apparaître par endroits des parties corporelles.

      - " Bon, je referme, mais je ferai un rapport, il ne faut pas exagérer ".

     L'incident était clos pour l'instant. Mais la suite dépendrait de la qualité de ce qu'il allait trouver, plus tard, à l'étude.

     - " C'est ça, fais un rapport " répondit une voix faiblarde.
     - " Que...qui a parlé ?

     - " Par les deux bouts, allez ! par les deux bouts, je vous dis. " continua avec insistance la voix.
     - " Mais bien sûr que je parle debout ! encore heureux ! Je ne suis pas un ver tout de même !

     - " Vous n'avez pas de figure de me laisser dans cet état "
     - "Cet état est celui préconisé pour les humains défaillants, la fiche ici présente en atteste. Et ma figure est plus qu'honorable. je me nomme Sacolto et je suis un Répartiteur, Surveillant des Colles.

      - " Un surveillant d'école ! C'est du délire.."
     - " La colle est un élément important du conditionnement   vous savez ! "

     - " Tirez-moi par les pieds et faîtes-moi sortir de là ! J'ai froid et j'étouffe, vous voulez ma mort ? A..aah, je suis dans le vaps... "
     - " Les...les V.A.P. vraiment ? Mais que faîtes-vous là voyons !, vous êtes hors limites. "
     - " Et...vous...vous les dépass..ez...."

     Je perdis à nouveau connaissance dans les secondes qui suivirent. Les trous noirs ça me connaît. Et cette fois encore j'étais sur le fil du rasoir...
Repost 0
Published by Topirate - dans ROMAN
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 01:05
  
  La marque était visible et sétendait à perte de vue. L'image était bien telle qu'elle m'avait été transmise et que je m'étais représentée. Impossible de s'y tromper, et pourtant que de chemin parcouru pour cet instant présent. Le spectacle était total, bien au-delà du réel.

     Bien vite pourtant je redescendis sur terre. Et pour cause, le rocher plat, sur lequel je me tenais, basculait, m'emportait dans un glissement hasardeux. Bien malgré moi, je testai, ainsi, un nouveau sport, le surf sur éboulis. Sorte de glisse acrobatique où l'équilibre est essentiel sous peine de se transformer en pantin, désarticulé. Le dénivelé était important et la vitesse maintenant accrue devenait un vrai problème, tout comme les obstacles rocailleux qui parsemaient maintenant ma route. Justement, devant moi, un roc énorme se présentait. Pas le temps de réfléchir, l'instinct de conservation a fait le reste. Un saut sur la droite, un roulé boulé et une réception difficile, un scénario dont je me serai passé mais qui me laissa en vie, quelque peu choqué.

     La première frayeur passée, je rassemblais mes esprits.....une centaine de mètres plus bas.
-  "C'est bien de moi ça, toujours la tête ailleurs, quel idiot je fais ! " pensais- je

     Le sol autour de moi était jonché de débris, mais je n'y prêtais pas vraiment  attention, occupé que j'étais à ramasser mes affaires et vérifier qu'il n'y avait pas de casse. Seule mon épaule droite me faisait souffrir, mais pas trop. C'est avec un soupir de soulagement et de chaleur que j'entrepris de scruter les alentours. Un rapide tour d'horizon me fit prendre conscience que cet endroit aride manquait cruellement d'humanité, mais cela je le savais déjà...
     Ce sale temps, je l'avais depuis le début de mon voyage et cela commençait à me peser vraiment. La marche à pied dans ces conditions on a vu mieux, mais j'étais équipé et mon couvre-chef était des plus apprécié.      

     Mon souci premier était de reprendre mon itinéraire. Pour cela trois possibilités s'offraient à moi  : Escalader cet amas rocheux qui me faisait face (c'est pas le top) ; revenir sur mes pas en gravissant la pente raide, support de ma chute (pas vraiment la joie), ou suivre ce long couloir situé sur ma droite, si facile d'accès. Mon choix fût vite fait, je m'engageait dans ce dédale sinueux où la verdure, tout au loin, semblait poindre son nez.

     Ma réflexion tourna court, des vibrations maintenant se faisaient sentir. Grondements sourds sortis de nulle part, rejetés contre les parois en échos, qui s'emparaient de l'espace avec insistance.

-   "Un tremblement de terre" pensais-je, pas étonnant sur une fissure !

     Le problème, c'est que j'étais en plein dedans, au milieu de ce ravin pas du tout rassurant. Il fallait agir vite car maintenant chaque caillou sautait en cadence. Je décidai alors de courir droit devant moi en proie néanmoins aux menaces incessantes des masses glissantes. Une accalmie me fit reprendre mon souffle, juste au moment où des trous énormes apparurent sur le chemin que je comptais emprunter. Mais malgré tout, je continuai avec précaution, évitant soigneusement tout faux-pas.

     Ces cercles, d'une étonnante régularité, semblaient très profonds et ne me donnaient aucune envie de les sonder. Mon pas se déroba cependant et s'enfonça dans le sol sablonneux. L'idée d'un traquenard me cloua littéralement sur place. Un geste, un seul et c'était peut-être la fin. Mon esprit vascillait, quand mon pied remonta à vive allure; bien au delà du niveau du sol, pour me propulser dans les airs vers un des trous béants qui m'aspirait.Je m'enfonçais dans la nuit sans pouvoir réagir, tétanisé...
Repost 0
Published by Topirate - dans ROMAN
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Topirate
  • Le blog de Topirate
  • : Mon Blog s'écrit en poésies, les thèmes abordés sont très variés (l'univers vampirique prédomine cependant) et toujours relatés avec une pointe d'humour, quand le sujet le permet. Pirate au grand coeur, conteur et raconteur d'histoires, mon autre grande passion est le dessin, surtout les portraits féminins. Divers articles ponctuels et photos sur le sport ou la vie courante complète ce blog, qui, je l'espère vous plaira.
  • Contact

Recherche

Liens