Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 11:55

 

Un regard d'ange, une croix à la bouche

Ce beau gosse est un cas unique, il le sait bien

C'est pour ça qu'il prend toujours bien soin

De son apparence de pure souche.

 

Mana est aux ordres d'un père d'église,

Son supérieur, qui la dirige dans ses missions,

Justement, il vient de démasquer un démon

Jusque-là caché, il sera une bonne prise.

 

Ses dernières paroles résonnent dans sa tête

Elle fera tout son possible pour qu'il soit fier d'elle,

Au sein d'une organisation et de ses fidèles

Qui traquent parfois les vampires avec des arbalètes.

 

Ce lycée est le prochain terrain de chasse

Pour cette jeune exorciste qui ne paye pas de mine,

Arrive dans sa classe, bien vite examine

Ce grand brun ensanglanté loin de sa place.

 

Figé, il a l'air perdu tout comme sa "perf" mobile

Qui se balade librement sur trépied,

Des élèves se regroupent l'air inquiet

Autour d'Okamoto allongé côté pile.

 

Côté face, il apparaît comme un vampire

Aux yeux de Mana qui dans sa tête cogite,

Croit avoir trouvé son démon, s'agite

Est prête à l'action dans un sérieux délire.


Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 15:18

 

Parlare spesso, parlare con le mani

Per farci comprendere delle altre persone

Chi chiede, curiosi, il tuo nome,

Impara ad ascoltare i consigli.

 

La barriera della lingua puo bloccare

Un spirito straniero poco abituato

A participare con le sue parole, ecco

Il silenzio come un tranquillo mare.

 

Poco a poco, le frasi prendono vita

In una bocca che si applica molto

Per una pronuncia esitante quando

Alcune lettere sono trovate nella difficoltà.

 

Pensare in italiano è un aiuto

Anche per scrivere bene,

Un alunno studioso cosi viene

Progredire di un modo positivo.

 

Capire il senso delle parole

Permette di essere piu fiducioso

Per districarsi lo sguardo alto

Con un sorriso inondato di sole.

 

In un sogno, divento professore anche

Al mio turno insegno l'italiano,

Mà oggi posso dire grazie tanto

Per tutti le lezioni mai stanche.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 23:45

 

Les jeux fricotent entre-eux, par affinités,

Les échecs se concentrent sur leur but ultime,

Mater la rébellion, bientôt s'affirment

Comme des chefs de bande faits pour commander.

 

Les Dames ont crée un long boulevard,

Très spacieux, idéal pour rencontrer

Des Princes au goût chocolaté,

A saute-moutons jouent à l'abri des regards.

 

Les Cartes ont leur château, mettent le paquet

Au centre d'un débat, les pieds sous la table,

Dégustent des pancakes au sirop d'érable,

Restent sur le carreau, c'est compliqué.

 

Les trèfles s'étalent feuille par feuille

Et montent les escaliers quatre à quatre,

Par chance rencontrent un automate

Qui redescend avec des branches de cerfeuil.

 

Mais les rois sont en marge, très mages

Ils restent à l'écart dans leurs bulles,

Des boules de cristal pour faire des émules

Et convaincre quelques fous entourés de nuages.

 

Des pions font les cent pas, tour à tour

Surveillent l'avancée de ces cavaliers de l'ombre

Qui grapillent des places, arrivent en nombre

Pour apporter des présents par amour.

 

Les Reines sont aux anges, ont des étincelles

Dans leurs yeux de félines, ont grande hâte

De déballer les cadeaux qu'elles matent

Avec envie, sont couvertes de dentelle.

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 23:45

 

Un géant a donné un coup de pied dans l'échiquier

D'une vie qui se tenait à carreau,

Au rythme lent, chaque Pion frais et dispos

Avançait avant le choc qui a fait tout envoler.

 

Le plateau a revisité le conte des Mille et une nuits,

Tapis volant qui a tenté tant bien que mal

De maîtriser au mieux ce geste animal

Hors sujet au-delà d'un réel ennui.

 

Le coup est violent, comme une bourrasque 

Perturbatrice au fil d'une fine partie

Qui s'annonçait serrée au bout d'une nuit

Blanche, couleur gagnante sans frasque.

 

Le dérapage inattendu n'a pu être contrôlé

Dispersant ainsi des pièces malgré elles,

Un secret espoir de courtes échelles

Les feront bien remonter au dessus du damier.

 

Le Fou a dû faire un crochet jusqu'à la Tour

Qui a vacillé sur ses bases autrefois solides,

Un Cavalier a pris de la vitesse en véritable bolide

Insensible au danger, dans un gant de velours.

 

Les armées de Pions ont connu la déroute,

Jouent l'alternance en camp ennemi,

Une Reine aime semer la zizanie

En se balançant au compte goutte.

 

Les Rois enchaînent les interview, calmes,

N'ont pas senti le stress ambiant,

Les groupes opposés se remobilisent, énervant

Quelques personnalités en course pour les palmes. 


L'académie est en échec plus que complet

Au terme d'une compétition qui bat de l'aile,

Rien n'est terminé, une cloche de rappel

Termine pour cette fois les duels à la volée.


 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 14:39

 

Un déclic l'a fait tomber dans un autre monde,

Assis sur le banc des accusés il croit rêver,

Doit répondre maintenant de ses méfaits

Devant des juges qui le sondent.

 

On l'avait averti pourtant de ne pas toucher

A ce bouton sur le haut du miroir,

Cette fameuse glace qui s'éclaire le soir

Piège subtil toujours à éviter.

 

Mais la tentation a été trop forte cette fois

Pour un vampire resté à l'écoute

Qui voulait effacer ainsi quelques doutes

Et revenir sur des scènes d'autrefois.

 

Son envie d'aventure l'a mené là

Dans cet endroit isolé, hors contrôle,

Aurait aimé jouer un meilleur rôle

Que celui de coupable, anime un débat.

 

Ce monde d'à côté a pris son énergie,

Son feu sacré réduit à néant

Et sa condition spéciale de combattant,

Pour l'instant son corps en rien ne réagit.

 

Ses bras ballants n'ont plus cette force,

Cette rapidité de tous les instants,

Ce transfert l'a laissé plus qu'hésitant

A genoux, épuisé, le corps amorphe.

 

Il voulait revoir le passé dans un rêve

Pour peut-être le modifier, se faire pardonner,

Réparer sa conscience souvent écartelée,

Sa venue se devait d'être brève.

 

Courte, elle le fût car expéditive,

Quelques fantômes tourmentés l'ont cerné

Dans une enveloppe qui l'a aspiré,

Un cauchemar bouclé par des mains punitives.


Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 10:04

 

Son regard en dit long sur l'incompréhension

Qui traverse l'esprit d'un vampire de base,

Certainement pense-t-il qu'il lui manque une case ?

Son cerveau est souvent en ébullition.

 

La vue d'humains le fait bien vite s'agiter,

Sentir ce sang, ce si doux fluide,

Par son odorat le rend souvent plus qu'avide

A tout moment d'en prélever.

 

Un frémissement l'envahit, les babines se lèche, 

Le mène bientôt dans une longue transe

Qui le conduit à suivre des pistes, pense

Ne jamais tomber en cale sèche.

 

Il a l'âme d'un Saint-Bernard les jours de neige,

 Toujours une fiole d'avance l'accompagne,

Adore par envie se mettre en campagne

Et prendre ses plaisirs sanguins par fins manèges.

 

Sauveteur, il n'en a pas la vocation,

Plus qu'à donner il aime plutôt prendre

Ses doses de sang frais au lieu de rendre

Ne serait-ce qu'une seule once d'affection.


Cet être imprévisible connaît la musique,

Son approche rituelle est toujours la même,

Constamment prêt à écrire des poèmes 

Sur les corps de ses victimes qui abdiquent.

 

Mais cette fois, il n'y arrive pas du tout,

Sa proie lui semble inaccessible

Dotée d'une cape, elle n'est pas cette cible

Commune, son contour devient flou.

 

Pourtant elle se rapproche, même l'appelle,

Son image est une claire mare qui se trouble,

Un vampire se frotte les yeux, voit double,

Hallucine d'une douce vision aussi belle.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 20:09

 

Un jeu stupide, un jeu idiot pour jeunes vampires

Se joue le jour, souvent à midi

Quand il fait le plus chaud, le soleil au zénith

Pour preuve de courage et éviter les rires.

 

Ceux qui se gaussent restent à l'ombre, planqués

Dans des bunkers de fortune, sans aucun risque

De voir s'envoler leur immortalité, bisquent

Quand des farceurs les poussent à se dévoiler.

 

Un groupe s'apprête à s'élancer en chemin découvert,

Quelques-uns s'échauffent c'en est presque risible,

Leur objectif au loin est cette cible

De tous les dangers, au diable vauvert.

 

Les premières brûlures fusent sur des peaux si tendres,

Des tatouages de souffrance font grincer les dents,

S'impriment en couleur les traits incandescents

Pour huluberlus en quête d'apprendre.

 

Certains jours c'est l'hécatombe, imprudents,

Ces Immortels sont bien fiers de leur condition,

Veulent tenter le diable sans reddition

Pour tromper leur ennui, exposent leur purs sangs.

 

      Une expérience unique qui interpelle certains

Mais parfois trop tard quand le mal est fait,

Que des portions de vie se sont envolées

Dans des méandres aux reflets diamantins.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 18:11

 

Une âme perdue cherche au hasard un gîte,

Un de ce ces lieux créateurs d'espoir,

Continuera bien à fouiner jusqu'au soir

Jusqu'à trouver l'endroit idéal, elle revisite.

 

Ses doutes ont disparu face à ce coffre-fort

Fermé à double tour, scotché de l'intérieur,

Des combinaisons multiples à faire peur

Au milieu d'un écrin tout confort.

 

Pourtant l'enveloppe charnelle impressionne,

Celle d'un vampire qui jamais ne dort,

Non plus habitué à faire plus de sport,

Attend que son heure enfin le sonne.

 

Un combat s'engage au fil d'étincelles

Qui s'entrechoquent étrangement,

Un bras de fer s'engage dans un tourment

Digne d'un vrai coup de manivelle.

 

Un esprit veut en chasser un autre,

Prendre sa place, assurer le contrôle

D'un être sans pour autant jouer un rôle,

Dans une tête des idées trottent.


Frappeur, il veut se mettre à la hauteur

De la cruauté de cette vile pensée

Diffuse, toujours prête à supprimer

Par des actes de malheur.

 

Son éclat est une arme apaisante

Qui fait pleurer les yeux de ce vampire,

Lui ouvre la porte de son coeur, soupire,

Se détend heureux dans un geste dilettante.


 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 19:24

 

Des pièces se sont perdues à trop chercher les dédales,

Pourtant elles avaient imité quelques "petits poucets"

Mais à présent les portes sont bien bloquées

Sur des chemins d'incertitudes aux visages pâles.

 

Des brouillons que ces pistes aux peaux rouges,

En premières couches anti-rouille clairsemées,

Saupoudrent à tout instant, des guêpiers

A bien vite tomber sans que rien ne bouge.

 

      Des panneaux truqués indiquent la voie royale

Qui mène par tous les chemins à l'arène,

Aux quatres coins, des tours se traînent

Dans des torsions aux brillances opales.

 

Des fissures sèment des embûches profondes

A rendre fou les plus téméraires

Souvent à cheval sur les traditions altières

Qui les amènent à faire souvent des rondes.

 

Les fantaisies sont mises de côté, à part,

Pour le bien d'un jeu diplomatique

Qui aborde bien sûr le côté énigmatique

D'un environnement qui mise sur le départ.

 

Chaque élément est un pion sur ce livre ouvert,

Manié avec plus ou moins de lucidité

En fonction du temps qui joue en accéléré

Et provoque des lectures "courants d''air".

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 10:49

 

Des idées le pourchassent, le mettent à genoux

Devant ces photos qui le regardent sombrer,

Sa tête tourne jusqu'à peut-être exploser,

Seul un miracle le fera renaître, le remettra debout.

 

Des personnages sortent de leur prison de papier,

Reprennent cette douce apparence d'autrefois,

Des vies effacées défient maintenant la loi

Divine et cruelle qui les a rendus glacés.

 

Froide, leur apparence se réchauffe peu à peu,

Des juges regardent ce vampire qui ne fait plus le fier,

Chacune de leur sortie le frappe, le pique d'un fer

De lance qui le déchire en attendant les pieux.

 

Une dernière image s'envole, veut s'échapper,

Peut-être disparaître de ce cercle restreint,

Où des traumatismes souvent venus de loin

Prennent une place trop grande plantée de barbelés.

 

Une main supplie pour un peu de tendresse,

Des sentiments enfouis qui semblent émerger,

Par des larmes, veut faire se retourner

Cette icône qu'il vénère comme une déesse.

 

Son seul amour est sur le point de partir,

Son nom s'échappe de ses lèvres enflammées,

Aimerait à l'instant la voir à ses côtés

Au lieu de cette haine qui va l'anéantir.

 

Elle ne sortira pas de son enveloppe ancienne,

Ses yeux pourtant verront ce film retracé,

Un verdict tombera pour ses actes perpétrés,

Toutes ces vies qu'il a prises dont la sienne.


 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Topirate
  • Le blog de Topirate
  • : Mon Blog s'écrit en poésies, les thèmes abordés sont très variés (l'univers vampirique prédomine cependant) et toujours relatés avec une pointe d'humour, quand le sujet le permet. Pirate au grand coeur, conteur et raconteur d'histoires, mon autre grande passion est le dessin, surtout les portraits féminins. Divers articles ponctuels et photos sur le sport ou la vie courante complète ce blog, qui, je l'espère vous plaira.
  • Contact

Recherche

Liens