Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2020 6 15 /02 /février /2020 23:46

 

La pluie vient de s'abattre, mais ne faiblit pas

Sur ce coin de terre qui n'a rien demandé,

Aucune danse tribale ne pourra arrêter

Le climat de n'en faire qu'à sa tête en tous les cas.

 

Forcément l'eau monte, ne se limite à aucun niveau,

Les chemins sont engloutis au rythme des crues,

Suivent des traces anciennes parfois farfelues

Bercées dans des lits de rivières au parfum écolo.

 

Une tornade s'en mêle, apporte sa lourde turbulence,

Emporte sans distinction tout ce qui peut voler,

Au meilleur des cas, l'air fait seulement se déplacer

Quelques masses compactes marqués de providence.

 

Le sommeil laisse place à une brûlante résurrection

Pour ce volcan sulfureux qui se dévoile par surprise,

Autour de lui c'est bien le feu d'une situation de crise

Qui s'installe dans un magma en ébullition.

 

La terre tremble, la magnitude au final détermine

Le dégâts causés à un environnement de béton,

Les fissures brisent des routes sans aucune solution

Immédiate, la colère impuissante fulmine.

 

Le cinquième élément permet de croire au miracle

D'une douce vie quelquefois parsemée d'embûches,

Boire de l'eau pure, écouter les abeilles d'une ruche

Nous piquer au jeu de l'amour, une promesse sans tacle.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2020 6 15 /02 /février /2020 12:12

 

Une poudre volatile se répand et flirte avec l'inconnu,

Glisse progressivement jusqu'à cet endroit sombre

D'où ne sort qu'un soupir qui maintenant comble

Un vide où les étincelles restent méconnues.

 

L'instant survient, une heure où les vampires s'activent,

Leurs mâchoires prêtes à mordre à pleines dents

Le cou de victimes aux regards innocents

Suppliant des monstres qui n'ont pas le coeur à rire. 

 

Inattendu, un tourbillon lumineux donne le change,

Provoque des grimaces bien moins féroces,

Les canines pointues perdent au final toute force

Pour se mordre les lèvres de façon étrange.

 

Le sort s'inverse complètement par une idée insensée

Qui souvent traverse les esprits rebelles,

Et si les faibles battaient les forts, comme un modèle,

Une référence à la version revisitée.

 

La peur change de camp, s'immisce impunément,

Incontrôlable et inattendue, repousse les limites du réel,

Vers des situations où s'amoncellent 

Des pistes inondées de flashes étourdissants.

 

La lumière est un appui fort qui génère

Une puissance insoupçonnée au fond de soi,

Les âmes frêles ont des amis parfois

Briseurs de chaînes, leur explosion crée un cratère.

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2020 3 12 /02 /février /2020 21:42

 

Un miroir a brisé le rêve d'un mime

En éparpillant ses gestes stéréotypés

En mille éclats de verre incrustés

Dans des nuages de poussière cristalline.

 

Le choc a attiré l'attention d'une armée de fourmis

Qui vaquait à d'autres occupations

Plus portées sur de subtiles transformations

De denrées alimentaires découpées en débris.

 

L'amas fumant a dispersé cette vie qui a fui

Un présent qui s'annonçait majestueux

Pour un être à part au caractère mystérieux

Effacé par erreur, comme par mépris.

 

Il a suffit d'un moment d'inattention

Lors d'une hasardeuse perte d'équilibre,

Pour voir l'envers d'un décor à la fibre

Cassante, bercée d'une triste désillusion.

 

L'instinct animal est parfois surprenant

Quand il capte les vibrations ultimes

D'un appel au secours, le souffle est infime

Mais suffit à attirer l'attention pourtant.

 

Des antennes magiques bien vite communiquent

Sur ce trésor à l'abandon qui brille intensément,

Les morceaux se rassemblent pour le bonheur évident

D'un mime figé en position tragi-comique.

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 11:20

 

Déjà très convoité, le Pangolin vient en pleine lumière

Se dévoiler comme on ne l'avait jamais vu, si près,

Comme un boomerang, revient vers un attrait

Ancestral de l'être humain envers ce petit mammifère.

 

De par l'Asie, ses vertus aphrodisiaques, autant que sa dure carapace,

En font une victime idéale au braconnage facile, par milliers,

Une convoitise flirtant avec l'extinction de l'espèce, sans inquiéter

Outre mesure un trafic qui continue dans l'ombre, très rapace. 

 

L'Afrique aussi est un réservoir à puiser dans les denses forêts,

Un marché de l'offre et de la demande qui emprunte une route occulte,

Un rallye Pekin Express tambour battant comme une insulte

Au bon sens d'une civilisation qui pourrait laisser mieux espérer.

 

L'appât du gain, une quantité de viande alléchante pour certains

Qui mangeraient tout et n'importe quoi, sortant d'un ordinaire

Qui les blase, les lasse, prêts à faire des folies, un ramdam hors pair

Pour satisfaire leurs envies, pourquoi pas du Pangolin ?

 

Manque de chance, un virus dormait dans l'attente de se révéler,

Pourtant pas en provenance des Amériques, cette épidémie

S'est diffusé sous le nom de Corona par une pandémie

Tenace qui sème la terreur, le monde est inquiet.

 

Il vaudrait mieux bien plus boire une bière en appellation contrôlée

Que cracher ses poumons tremblant de fièvre,

Les chauve-souris aussi savent transmettre, en orfèvres,

Leur vampirisme, la monnaie de la pièce est renvoyée.

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2020 5 10 /01 /janvier /2020 23:07

 

Une page se tourne, et va chercher plus loin

Des avancées prometteuses, au fil d'idées

Qui se propagent à la vitesse grand V,

Entre les lignes cryptées d'un texte ancien.

 

L'encre a noyé le sujet ambitieux dans une mare

Qui n'accepte pas les canards, ni même les grenouilles,

L'aspect sombre n'a jamais flanqué la trouille

Aux adeptes de forts tintamarres.

 

Le papier jauni fait des siennes, glace le sang

D'un conteur-né qui piaffe d'impatience,

Avec un brin de réussite et un peu de chance

Parviendra à ses fins en insistant.

 

L'écriture sous couverture passe inaperçue,

Se dissimule à l'insu d'une chape de plomb

Qui pèse par son poids de désillusion

Agrémenté d'un zeste de pensées incongrues.

 

La trame avance, perce des secrets inavoués,

Parsemés d'éclats, de mises en lumières,

Bien loin du spectre de barrières

Empêchant l'esprit critique de s'élever.

 

C'est tout un roman fleuve qui s'imprime

Et se déroule mot à mot, enfin repris

Par une multitude de lecteurs très épris

D'une ligne directrice exempte de crime.

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2020 6 04 /01 /janvier /2020 09:53

 

Un danger imminent fait se regrouper

Des ennemis de toujours, des êtres à part,

Aux origines inconnues, guidés par des radars

D'un autre monde, cette alliance est inespérée.

 

Un serpent mutant a semé quelques doutes

Sur leurs suprématies établies de fantômes de l'ombre

Vaquant à de viles occupations, toujours sombres

Et incontrôlables, personne ne barrait leurs routes.

 

Des assemblées vampires autant que loup-garous 

Echangent pour une fois, des zombies s'y joignent,

Des discussions s'engagent pour que s'éloigne

Ce reptile gourmand qui se pose en gourou.

 

Certains ont payé de leur vie par étreintes mortelles

Qui ont broyé bien des âmes noires en fine poudre,

Tant qu'il y aura ainsi du grain à moudre,

Le sol sera jonché d'un couche couleur coccinelle.

 

De jour comme de nuit, une faim vorace, inassouvie,

Décime des populations entières d'un autre âge,

Sans discontinuer poursuit ses ravages,

Quand pour l'instant, aux humains, la chance sourit.

 

Un traquenard se met en place en pleine foule,

Le silence précède des sifflements précurseurs

D'une langue fourchue qui relance la rumeur

D'une agitation chronique qui commence à rendre fou.

 

Aux premières loges, une invitée surprise en pure magie

Toise la bête qui enlace et brise quelques os,

Sa trajectoire mouvante, suivie d'une meute de crocs,

Se fige, frappée par la baguette d'une fée, sans amnistie. 

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2020 4 02 /01 /janvier /2020 11:35

 

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2020 4 02 /01 /janvier /2020 11:34

 

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2020 3 01 /01 /janvier /2020 23:15

 

Un vampire retrace le fil de ses souvenirs tant qu'il le peut,

Tant que sa présence d'esprit, tel un moteur de recherche,

Peut puiser dans une banque de données qui se perche

Dans des coins reculés, des zones enfouies à qui mieux mieux.

 

Ces remontées vers le passé se font de plus en plus rares,

Mais l'intensité ne faiblit pas, comme des coups de semonce

Captés de plein fouet, des salves brûlantes qui dénoncent

Des tragédies insoupçonnées injectées de curare.

 

Comment dire les mots quand ceux-ci manquent,

Ne trouvent plus un contexte favorable sur lequel s'appuyer

Mais dans l'immédiat a au moins le mérite d'essayer

D'éprouver des sentiments qui ont trouvé la bonne planque.

 

Pourtant, ses canines ont poussé d'un cran,

Et créent une gêne, accentuent une soif qui s'accroche,

Aussi gomme ses sourires anciens, comme des reproches

Qui l'effilochent au rythme d'un tam-tam.

 

Cette musique sonne le glas de ses derniers espoirs,

 Ceux d'un retour en arrière toujours possible,

Son âme est torturée, prise constamment pour cible

Dans un cercle infernal en déboires.

 

Un visage marqué se ferme à l'humanité,

Pendant qu'un puits de connaissances se vide de sa substance,

Si précieuse, comme la douce chaleur d'une dernière chance

Dont la flamme s'éteint brusquement pour l'éternité.

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2019 7 29 /12 /décembre /2019 21:43

 

Le froid arrive et avec lui ses vagues déferlantes de neige,

Des monticules grandissent, bien maladroits façonnent

Des débuts de vies qui s'ignorent, bientôt étonnent

Par le jet d'étincelles, un feu d'artifice en solfège.

 

Les tombées sont aléatoires, en troisième dimension,

Incrustent des silhouettes étranges en série,

C'est la première fois qu'un scénario se déroule ainsi

Proche d'une nouvelle espèce en émersion.

 

Noël approche, les enfants fourmillent dehors,

Leurs rêves sont infinis, parfois saugrenus

Tout comme ces fines graines plantées à l'insu

D'une nature hivernale, capricieuse et incolore.

 

Les premiers frémissements se font entendre

Au gré d'un radoucissement collecteur d'idées,

Des bonhommes de neige jusque-la figés

Contractent une fièvre tenace en train de s'étendre.

 

Les formes grossières s'affinent, les accessoires bougent

Pour laisser place à des membres glacés,

Parfois, certains signes peuvent être interprétés

Quand le creux des pommettes deviennent rouges.

 

Ce qui ne manque pas d'arriver, assaisonnés de rictus,

Et de regards curieux désireux d'apprendre,

S'émerveiller pour un rien à trop vouloir comprendre

Le secret d'une vie émergente au parfum d'eucalyptus.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Topirate
  • : Mon Blog s'écrit en poésies, les thèmes abordés sont très variés (l'univers vampirique prédomine cependant) et toujours relatés avec une pointe d'humour, quand le sujet le permet. Pirate au grand coeur, conteur et raconteur d'histoires, mon autre grande passion est le dessin, surtout les portraits féminins. Divers articles ponctuels et photos sur le sport ou la vie courante complète ce blog, qui, je l'espère vous plaira.
  • Contact

Recherche

Archives

Liens