Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 22:44

 

Un groupe de touristes part en balade, sacs en bandoulière,

Les regards perdus dans des pensées lointaines

A l'affût de rencontres qui peuvent être soudaines

Au détour de chemins, en école buissonnière.    

 

Des images plein la tête, reportages télé

Sur une faune fascinante autant que bestiale

Où la loi du plus fort d'un règne animal,

Dominés et dominants mélangés.

 

La troupe est bien armée, a de bonnes intentions,

Des clichés bons a prendre en pellicules,

Maintenant plus numériques, calculs

D'un autre temps, d'une autre dimension.

 

Les prises sont nombreuses sur papier

Mais les situations sont bien réelles,

Attraper des vautours à tire-d'ailes

Tant qu'il est temps de les observer.

 

Pour observer un temps tant qu'on le peut

Ne pas se laisser bercer par l'insouciance,

Ne pas oublier où on se trouve la chance

Qui ne sourit pas toujours aux audacieux.

 

Les fauves rôdent sur leurs territoires,

Des jeux de pistes pas toujours judicieux,

Une mère et ses petits ! il vaut mieux

Faire un détour pour éviter les déboires.

 

Le sort se ligue sur ces chasseurs pas les bien venus

Même si au final ne s'accroche aucun trophée,

Sur les murs quelques photos, un regard animalier

Les piège par un barrage à l'allure soutenue.

 

Pachydermes à pattes d'éph, crinières sauvages

Autant que de crocs à gueules hurlantes,

Sabots zébrés, cornes déferlantes

Pour un safari sous le couvert latent d'un orage.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 12:04

 

Des boîtes font la queue, en file indienne

Dans l'attente excitante de voir bientôt combler

Leur vide intérieur, de leurs désirs énoncés

Dans des prières aux couleurs pré-colombiennes.

 

D'ailleurs, elles aiment à gigoter, danser aussi,

A deviner quel sera leur prochain contenu,

Dans des emballages idéalement conçus

En tailles diverses, minis ou maxis. 

 

Des automates sont en mode réfléchi,

Machines d'un temps nouveau, pressées

Par le temps, en production instantanée

Et précise à la manière d'un coulis.

 

Les boîtes sont ouvertes au dialogue,

Conversent un brin, surtout sur le net,

Histoire de se renseigner sur les navettes

Prévues après les remplissages en vogue.

 

Le choix est délicat sur la route à prendre,

Aiguillages en séries, derniers instants

Vers des destinations qui se veulent pourtant

Canalisées, calibrées sans attendre.

 

Les étiquettes ne tardent pas à prendre place

Et à se coller, se serrer à l'emplacement dit,

Les couvercles se referment non sans l'envie

De recommencer réouvrir leurs carapaces.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 20:39

 

Un ange passe, s'amuse bien vite à délirer,

Sur des vies qui se pressent, se lient par amour,

Aime par son bon vouloir ainsi changer le cours

D'existences qui ne pouvaient se rencontrer.

 

Un peu flemmard du haut de son nuage

Il a posé son arc et ses flèches, lance des regards,

S'interroge à haute voix, pointe au hasard

Ses doigts en diverses directions, pas sage.

 

Les opposés s'attirent, des questions se posent

En secret que seuls les gestes trahissent,

Ainsi se rapprochent quelques novices

Appelés à se fixer par hypnose.

 

La magie opère, fait fi des convenances,

Retourne un vampire dans ses convictions,

Le fait tomber à genoux pour une transition

Inattendue, lumineuse, comme une révérence.  

 

Une belle se retrouve à le regarder sans rien comprendre,

Une aura la pousse vers lui pour prendre ses mains tendues,  

Une musique sans anicroche, un élan soutenu

Venu du coeur pour qui sait entendre.

 

Des canines, un cou, se rencontrent en duel

Pour un combat au parfum inédit,

C'est à celui qui poussera le dernier cri

D'amour, que l'ange est cruel !

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 21:42

 

Des bruits se propagent au fil des rumeurs,

Un vampire se meurt d'amour, le feu à tout son être

Ne veut plus entendre parler d'un possible peut-être

Quand ses sentiments s'envolent au gré de ses humeurs.

 

Sa violence n'a de cesse que de retrouver la trace

De sa Princesse disparue même de ses rêves,

Une ombre seulement en cruel dilemme

Celui de ne jamais la revoir le tracasse.

 

Son immortalité s'est cassé les dents tant de fois

Que ses soupirs inondent les tristes couloirs

De son désespoir qui grandit, son trou noir

Qui lui donne des frissons à la vue d'un joli minois.

 

Un visage se floute dans ses pensées intenses,

Confuses au fur et à mesure de l'avancée 

Des jours qui l'écrasent de lourdes pesées,

Mais son espoir a un potentiel immense.

 

Sa vie rebondit, sa vie dérape et se disperse

Selon les jours, selon les imprévus qui s'invitent

Parfois il ne sait vraiment plus où il habite,

Reste quelquefois perdu sous la pluie à verse.

 

Pourtant toujours une lumière le guide pas à pas,

Chaque jour un itinéraire nouveau au doux frisson,

Celui d'un amour ardent à perdre la raison,

A le faire se consumer petit à petit jusqu'au trépas.

 


  

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 08:25

 

Un navire prend le large malgré la tempête,

La houle fait voler les cordes pourtant bien accrochées

Dans l'immensité d'une mer super démontée   

Un Capitaine tient la barre, rouspète.

 

Les jurons fusent, les paroles diffuses se perdent

Dans le brouhaha environnant qui avale tout,

Même la radio "Crochat" spécialisée matou

Perd peu à peu de sa superbe, le grésillement hideux.

 

Noé est un ami, un archétype idéal

Pour ce genre de transport maritime,

Il espère qu'il ne sera pas l'ultime

Guide d'un drôle de zoo animal.

 

      Les couples se serrent, espèrent la fin de l'orage

D'autant que la tempête envoie des signes certains

D'un radoucissement en ce nouveau matin,

Un malin moyen de tourner la page.

 

Les félins montrent le bout de leurs moustaches

Quand les reptiles tirent leurs langues fourchues,

Le girafes n'en sont toujours pas revenues

De pouvoir reprendre de la hauteur, un brin potaches.

 

Le singes se balancent, se chamaillent,

Chipent des friandises aux éléphants

Qui se trompent de voleurs en s'attaquant

A ces hyènes rieuses aux cris qui déraillent.

 

La radio prend le dessus, apaise les tensions

Par une musique à l'inspiration qui se veut unique,

Adaptée à la situation d'un moment magique

Tous les regards s'éclairent, portés d'émotions.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 22:50

 

anab (3) - Copie

 

Le modèle prend place sur son pied d'estal

En pose de déesse intemporelle,

Figée, pensive, très belle,

Son regard d'ange n'a rien d'animal.

 

Ses visions sont ailleurs, intérieures,

Loin des sunlights elle rêve de vacances,

Ses lèvres sourient par avance

De ses idées aux allures majeures.

 

Elle ferme les yeux pour voir plus grand,

Crée des espaces, s'évade à l'envie,

Boit de la téquila, pense à l'Andalousie

Au rythme de gestes élégants.

 

Le vernis de ses ongles sèche au soleil,

Sa peau bronze, son teint se hâle

Sauf le bout de son nez, pâle,

Qui pour l'instant reste en sommeil.

 

Un tendre profil attend le bon moment

Pour lever les yeux vers l'avenir,

S'ouvrir à celui qui l'observe, la mire,

Pour figer son portrait intimement.

 

Une main fine se lève sur demande,

Prend vie par contraste en clair obscur

Pour illuminer sans commune mesure

La beauté d'un visage aux yeux d'amande.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 18:43

 

Photo0358 - Copie

 

Ce n'est pas une histoire belge en ville d'Anvers,

Pas non plus un récit qui décoiffe ou défrise

Juste le temps d'inverser quelques balises

Pour se rendre intéressant au fil des traverses.

 

Parfois les têtes regardent ailleurs

En jeux d'ombres sur des bruits de guitares,

Elles essaient pourtant de redresser la barre

Pour mieux se montrer en leurres.

 

Les formes défilent en bandes annonces

Sous les vivas autant que les bravos,

Mais lentement portent des fardeaux

D'un autre âge, au final renoncent.

 

Le bal est masqué, le feu un artifice

Qui s'emballe au moindre bruit,

Des méandres sombres s'enfuient,

Au loin font croire à un précipice.

 

Mais la couleur jaillit sans aucune manière

Par des spots lumineux énergisants

Qui s'agitent et font apparaître à l'instant

Des silhouettes sortant de leurs tanières.

 

A l'envers, les images donnent le tournis

Par flashes figent les belles apparences

Tant que la colle tient au plafond par chance,

Jusqu'au retour à la normale, bleu nuit.


 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 23:14

 

Dans un monde futuriste extra-terrestre,

Une tribu se serre les coudes, resserre les boulons

D'une carapace en totale ébullition

Qui reste pourtant très terre à terre.

 

Les parties de cette armure, de différentes couleurs, 

Sont parfois délimitées par des rouages

De vies qui traversent les âges

Au gré versatile des humeurs.

 

Le temps passe pendant que trépasse

Par combats de tous les instants

Quelques idées issues de titans,

Machines guerrières, en carcasses.

 

Ses failles acceptent les critiques ou pas,

Se colmatent par couches successives

De chuchotements, de paroles inventives

Qui volent dans l'espace et au-delà.

 

Ses croûtes s'écartèlent sous le soleil brûlant,

Un sol craquelé qui pleure de soif, bien seul

Et inerte, isolé dans un étroit linceul

Qui veut disparaître en cicatrisant.

 

Une rivière de diamants brille d'un éclat

Sans âme peut-être épargnée

D'une banqueroute parfois alimentée

De pertes et de profits indélicats.

 

Un mélange instable fera bien exploser

Certainement bien vite, à l'usure,

Par des paroles sans aucune mesure

Un espace temps qui va disparaître sans compter.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 19:46

 

Rires sous cape, un vampire n'en finit pas

De se moquer de cette vie qui l'a abandonné,

L'a laissé aux prises avec un monde d'exités

Sans prendre de pincettes, dans un piteux état.

 

Il ne réalise pas bien peut-être sa situation,

C'est un novice qui cherche encore sa voie

N'est pas vraiment inquiet d'être aux abois,

Par son sourire en coin espère des solutions.

 

Pourtant, une âme s'efface devant l'adversité,

S'éloigne un peu pour se mettre à l'abri,

Réfléchir à ce que sera sa nouvelle vie

Si la faim le tenaille, rend son ventre affamé.

 

Son énergie décline il le sent bien,

Remplacée peu à peu par un fluide tenace

Qui bouillonne la nuit, avance, menace

Par sa vile puissance jusqu'au petit matin.

 

Un fléau multiple envoie ses flèches

Pas par amour, par échos empoisonnés,

Sanguins, en tous les cas imprégnés

D'une rage qui brûle d'intenses flamèches.

 

Son regard se perd dans le vague, aléatoire,

Une fièvre gagne son combat et le marque

De son empreinte, bientôt remarque

Une proie savoureuse qu'il pourra boire.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 21:58

 

Une chauve-souris se pose en urgence

Dans une pièce à la lumière tamisée,

Plutôt une terrasse de plein pied

Où la fenêtre est ouverte en permanence.

 

La tête la première heurte le sol dur,

Les ailes amortissent comme elles le peuvent

Ce que le bout du nez voit comme une épreuve,

Un choc de tous les dangers, pour sûr ! 

 

Mais elle s'en remet, après tout en pure vampire

En a vu d'autres la nuit bien des fois,

Même si sa marche est encore de guingois

Le petit monstre reprend ses esprits non sans rire.

 

Novice, il a encore du mal a se retransformer,

Revêtir cette apparence de circonstance

Quand les pieds sont sur terre en délivrance,

D'un parfum d'apesanteur est imprégné.

 

Un presque vampire se concentre longuement

Pour que son corps bouge, vite évolue

Pour trouver finalement ce qui ne va plus,

Rectifie son flair quelque peu défaillant.

 

Ses pattes ainsi deviennent mains

Et vont de pair avec des pieds pointus

Comme ses canines maintenant revenues

Au gré d'un pouvoir lugubre ultra fin.

 

Les ailes prennent forme en longues capes

Noires de circonstance, noires imprégnées

De toutes les peurs environnantes reliées

A des capteurs, en costume sanguin se sape.

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Topirate
  • Le blog de Topirate
  • : Mon Blog s'écrit en poésies, les thèmes abordés sont très variés (l'univers vampirique prédomine cependant) et toujours relatés avec une pointe d'humour, quand le sujet le permet. Pirate au grand coeur, conteur et raconteur d'histoires, mon autre grande passion est le dessin, surtout les portraits féminins. Divers articles ponctuels et photos sur le sport ou la vie courante complète ce blog, qui, je l'espère vous plaira.
  • Contact

Recherche

Liens