Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 23:06

 

Un baron entreprenant se présente aux Altesses,

Se baissant bien bas en larges courbettes,

Les cheveux lui en tombent, trop bête

Pour ce vieil homme aux quelques faiblesses.

 

Une musique résonne, une danse va débuter,

La future Reine est invitée mais bien vite décline

Cette drôle d'invitation, elle hallucine,

Sa soeur Anna s'y colle bon gré mal gré.

 

Hans n'a d'yeux que pour sa tendre dulcinée

Cette princesse cadette au tendre regard,

Un échange précieux le laisse un peu hagard

Perdu bien loin dans de douces pensées.

 

C'est enfin l'heure du sacre pour Elsa,

Ses gants la protègent de quelques maléfices,

Une malédiction qui brise les édifices,

Les glace, sur le sceptre le froid est déjà là.

 

D'autant que sa main droite s'est dénudée

C'est la tradition, pas question de s'y soustraire,

Le givre se forme en chaîne, c'est l'enfer !

Mais la fin du discours réchauffe ses idées.

 

Un couple se déclare et s'approche de la Souveraine

Pour un consentement sur une union qui se précise,

La réponse sera non ! une relation très compromise

Qui laisse deux amoureux dans une immense peine.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 23:50

 

Un serviteur frappe à la porte de la chambre d'Anna

Qui dort d'un sommeil profond, les cheveux en bataille,

Ses rêves partent loin, pris en tenaille

Dans des délires emprunts d'anonymat. 

 

Recouvrer son esprit maintenant elle tente

Mais Morphée essaie toujours de la retenir,

Un déclic pourtant la fait soudain réagir,

Le jour du sacre ! trop contente !

 

Sa joie, elle veut la partager avec la foule

Venue en nombre pour cet évènement,

Sa soeur va être Reine pour ses dix-huit ans

Ses pas trébuchent, presque une barque coule.

 

Un Prince la rattrappe, deux regards se croisent

Pour un amour naissant, tellement rapide,

Un jeune coeur battant se veut avide

D'une passion qui tout là-haut la toise.

 

Les cloches sonnent comme un rappel ultime

Aux retardataires peu pressés, têtes en l'air,

Les portes se fermeront bientôt, c'est clair,

Une course commence digne d'un film.

 

Le protocole peut commencer, les tenues brillent,

Deux soeurs sur le devant de la scène posent,

Enfin réunies, les sourires extérieurs osent

Leurs pensées de mille idées fourmillent.

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 20:00

 

La solution se trouve dans un vieux grimoire,

Un plan tombe sur le sol, s'ouvre et indique

Cet endroit secret qui n'a rien de ludique,

Les évènements tissent le fil des histoires.

 

Un cheval au galop mène l'inconsciente

Vers ce lieu où des roches roulent,

Les pieds sont tanqués, regardent ces boules

Qui prennent forme, se réinventent.

 

Des trolls surprenants viennent au contact,

Leur chef entoure de ses pouvoirs

La tête d'Anna mieux qu'une bouilloire,

Des étincelles de magie l'impactent.

 

Heureusement le coeur n'est pas touché

Par ce jet de glace intempestif,

Les meilleurs souvenirs resteront actifs

Bientôt tout cela ne sera plus que du passé.

 

Les années passent, faites de séparations,

Deux soeurs ne se voient plus ni ne se touchent,

Eviter un malheur, à n'y voir que du louche

Même à se parler avec vives émotions. 

 

La raison reste inconnue de ce chamboulement

Pour Anna qui a l'amnésie plus que tenace,

Survenue des années plus tôt, elle a pris place

Jusqu'à effacer les traces de son accident.

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 10:35

 

Deux soeurs différentes en âge pour un royaume

Ancré en bord de mer, non loin de la forêt,

La montagne est aussi proche parfois habitée

D'extracteurs de ressources, qui jamais ne chaument. 

 

Les blocs de glace filent sur de longs traineaux

Tirés par des rennes et de grands gaillards,

C'est un marché rentable, mais il se fait tard

Et la journée s'achève, en route pour le hameau !

 

Deux soeurs s'éveillent, une plus que l'autre

Qui s'étale sur l'ainée en la tiraillant, 

Sans cesse à l'oreille lui susurant

De se lever, les sourires l'emportent. 

 

Confectionner un bonhomme de neige,

User de la magie par amusement,

Sauter dans les airs pour un firmament

Sur des pics de glace fins stratèges.

 

Mais une glissade vient pourtant tourmenter

Les plans d'Elsa, pas assez rapide

Pour suivre à la volée la vive et intrépide

Petite Anna qu'elle voit finalement tomber.

 

Les appels au secours font venir de l'aide,

Les parents royaux se pointent très inquiets,

Le corps de leur chérie reste inanimé

Sur le sol gelé, cherchent un remède.



Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 23:07

 

Malins vampires un soir de carnaval, un détail

Pour cacher leur jeu sans aucun risque,

Même à résister au parfum d'un bisque

De homard, habillé d'un rouge corail.

 

Les masques tombent dans la mi-pénombre,

La fête bat son plein, son trop plein aussi

Tant le monde s'amuse, reste à la merci

De ces fantômes tapis dans l'ombre.

 

Ne plus y voir clair fait l'affaire de ces avertis

Qui en valent deux ou plus sûrement,

Par force décuplée habilement

Lâchent au hasard leurs viles manies.

 

      Quelques odalisques flamboient de leur beauté,

Tournent autour de ces princes somnambules

Qui, de par les rues bruyantes, déambulent

Jusqu'à s'isoler dans des coins peu fréquentés.

 

Les curieuses suivent ces ombres silencieuses

Qui savent aiguiser quelques convoitises,

Faire miroiter, provoquer par simple méprise

Un désir un peu fou à ces malheureuses.

 

Des pièges se referment, des scénarios prévisibles

Pour ces buveurs de sang à la langue bien pendue,

Leur soif n'est pas illusoire, répandue

Au travers de veines jugulaires prises pour cible. 


 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 23:14

 

Pas pire qu'une simple machine à broyer

Une bande de piranhas attend la bonne occase,

La rage aux dents se mettent en phase

Recherche, sans vraiment s'affoler.

 

Les bas-fonds, ils connaissent, amers

De leur condition de tueurs fous,

Attaquer n'importe qui n'importe où

Fait partie de leurs cruels critères.

 

Tout se mange, tout se croque vite,

Toujours pressés qu'ils sont de dévorer

La carcasse future d'un gibier

Qui traverse leur territoire, les incite.

 

Pas tendres, ces carnassiers sont à l'affût,

Semblent souvent dormir, les yeux clos,

Mais leurs sens aigus flattent leur ego

Surdimentionné, sans aucun raffut.

 

Malheureuse est la pauvre âme qui se blesse,

Laisse jaillir quelques gouttes précieuses 

De sang dans l'eau parfois nébuleuse,

Comme un aveu de sa faiblesse.

 

Des odorats initiés respirent cette proie bruyante,

Ecoutée d'une ouïe fine, tellement repérée,

Un mammifère voit sa vie ainsi encerclée

De doutes, sa chute semble imminente.

 

Une mâchoire, puis deux s'acharnent sur la chair

Qui s'offre malgré elle aux dents aiguisées,

Une masse dense est devenue sans pitié

Même pour les os, un réel calvaire !

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 19:00

 

La lumière est intense, éclaire le visage

De jeunes vampires toujours à l'écoute

De leurs envies les plus secrètes, doutent

De retrouver un jour leur décompte d'âge.

 

Mais le jour c'est la vie, la douce chaleur

De sentiments à ne jamais oublier,

Être prêt à tout pour les conserver,

Leur mémoire brille d'une intense saveur.

 

Ce contact leur manque, cette brûlure

Sur leur peau blanche qui rêve de soleil,

Après cette tentation rien ne sera plus pareil

Même à y perdre la vie en brutale rupture.

 

Ils tentent une escapade très risquée    

Entre deux zones d'ombres, un réel test,

Pour éprouver le courage qui leur reste

De se sentir un brin vivants, libérés.

 

Un nuage les encourage à passer le cap,

S'élancent à grande vitesse, leurs palpitants

Se remettent à battre, carburent vraiment

Pour passer avec succès cette nouvelle étape.

 

Un magicien contrôle les aiguilles du temps

Dans le magma étrange d'un autre monde,

Un décompte astucieux retient les secondes

Qui se figent, les vampires sont trop contents.

 

D'autant qu'un voile protecteur fonctionne

Comme une voûte au-dessus de leurs têtes,

Un ciel nuageux se veut moins traître

En attendant que le sol ne se savonne.

 

C'était l'accord conclu pour toute une journée

De pure détente, de franche rigolade,

A voir glisser les terreurs de la nuit en rasade

En échange de leur rêve insensé devenu réalité.

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 20:04

 

Mais greee...! en réponse à une taquine

Réflexion qui va droit au but, humour

D'un instant pour preuve d'un amour

Certain, en humeur câline.

 

...nouille ! ça saute aux yeux, à pattes

Ou pâtes de toutes catégories

Pour une petite faim ou de envies

Aux heures de pointe se carapatent.

 

...luche ! quand l'idiotie se déballe

Parfois en blondeur, efface la beauté

De traits de stars pour montrer

Ce qu'on n'ose imaginer même en cavale.

 

...nier ! ne sert à rien c'est sûr

Quand l'évidence éclate au visage,

On peut se sentir niais, en présage

A des vices cachés dans le futur.

 

...lotte ! c'est là où ça pêche un peu

Pour finir en queue de poisson

Sans fraîcheur en court-bouillon,

Jette un froid en attendant mieux.

 

...nade ! pour une rencontre explosive

Du côté de l'Espagne, jaune et rouge

En Paso doble ou en tango bouge

Passionnément, "free" danses lascives.


...nelle ! pour un environnement nature

Autour d'une table, en discussions,

Pour une écologie qui fait des bonds

Et des rebonds à vive allure.


Rien n'est évident, des en"gre"nages

Survivent quelquefois en milieux hostiles,

S'arrangent aussi pour faire avec style

Le tour de sujets sans apanage.

 

 


Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 23:12

 

 

col4 - Copie

 

 

La nuit s'achève sur un couac improbable

Mais bien réel cependant, car inextricablement

Un vampire s'est emmêlé les pinceaux, pourtant

Son histoire "zarbi" n'a rien d'une fable.

 

L'amour fait faire des bêtises même aux mordus

De tendresse acharnée, de doux câlins

A échanger infiniment, par plans malins,

Dans les coins sombres, le nuit venue.

 

Le désir était si fort qu'il s'est laissé tenter,

A suivi cette suave inconnue avec envie,

Sa soif de sang, sa soif emplie

D'une retenue difficile à contrôler.

 

Par peur de son image reflétée, il a tenté

De cacher ses longues canines de feu,

Sa condition vampire aimerait effacer, au mieux

Pour éviter plus tard de trop se lamenter.

 

Un signe de la main lui a fait comprendre

L'attrait qu'il suscite, l'intérêt si subtil

D'une approche minutieuse en plein mille

Dans son coeur, à aimer souhaite apprendre.

 

Ses désirs étaient des ordres, il a obéi

Même à s'attacher avec de courtes chaînes

Sous son regard d'ange a laissé filer sa haine,

S'est retrouvé lié par des sentiments, épris.

 

Tel est pris qui croyait prendre, resté en attente,

Il a vu sa silhouette devenir moins nette, filer,

Au gré d'une chevelure bleue côté pile, dévoiler

Son côté face, une mimique bien moins souriante.

 

Un vampire se sent bien seul, fixe la lumière

Qui approche, remplace celle de son coeur brisé,

Une trop chaude lueur difficile à supporter

En ce matin au parfum cendre, le goût amer.

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 10:27

 

Les allées résonnent encore des bruits de chars,

Pas du style "Corso fleuri" aux senteurs colorées,

Plutôt tout en sueurs, ceux d'une grande armée

En marche, les armes au clair, revanchards.

 

César est adulé, Cléopâtre se pavane,

Passe un savon à ses servantes, sans fond de teint,

Pas assez de bulles qui bouillonnent dans son bain

Des crocodiles s'impatientent, cherchent une manne.

 

Les temps sont incertains, Rome décline, décadent,

Voit venir les barbares à ses portes sans défense

Brûler tout sur leur passage, intenses

Combats, les flaques sont de sang.

 

La Civilisation coule, croule sous les coups de boutoirs,

Pompéi n'y voit plus clair et se fige

Dans une attitude soudaine, souffre, fustige

Les Dieux de leur abandon, couards.

 

Les cendres durcissent vite le ton et les couleurs,

Le gris s'impose, se dépose par pellicules,

Recouvre la beauté par hideux monticules

Qui éteignent la vie et les saveurs.

 

La couronne de laurier finira aux orties

Hors d'une avancée aux allures triomphales,

Le volcan s'est éteint, la peine est maximale

Un empire sur le déclin s'est soudain endormi.


 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Topirate
  • Le blog de Topirate
  • : Mon Blog s'écrit en poésies, les thèmes abordés sont très variés (l'univers vampirique prédomine cependant) et toujours relatés avec une pointe d'humour, quand le sujet le permet. Pirate au grand coeur, conteur et raconteur d'histoires, mon autre grande passion est le dessin, surtout les portraits féminins. Divers articles ponctuels et photos sur le sport ou la vie courante complète ce blog, qui, je l'espère vous plaira.
  • Contact

Recherche

Liens