Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 19:45

 

IMGP1831.JPG

 

 

A fond la caisse, sans prendre la moindre précaution,

L'allure vive, ce fou de vie cherche le danger,

Va au devant du pire pour chercher des frissons, étrangers

De son existence dont il veut une autre vision.

 

Tout lui est bon pour assouvir ses passions,

Tous les sports jusqu'à l'extrême,

Change souvent, quand bien même

Il est à l'aise, aimerait jouer l'extension.

 

Mais parfois des rencontres surviennent,

De ces moments uniques qui font basculer

Les comportements les plus intenses, inconsidérés,

Vers une transition plus calme, plus sereine.

 

Le ski, les tire-fesses, assis à deux, rapproche

Au gré des circonstances, de ces envolées

Au-dessus des pistes au blanc immaculé,

Fait rosir quelques joues sans aucun reproche.

 

La descente commence par une chute pentue,

Légère, pour cette skieuse novice

Bien vite entourée par cet élégant complice,

En course parallèle pour l'instant interrompue.

 

Son attention pour elle est infinie,

     Un regard d'ange se pose sur lui, reconnaissant,

Elle remet sont bonnet "panda" noir et blanc,

Sourit à cet inconnu, réclame sa compagnie.

 

Deux silhouettes descendent main dans la main,

Doucement, leurs traces s'enlacent, flirtent

Avec les bosses gelées, en plaques inertes,

Parsemées de sentiments qui flambent, libertins. 

 




 


Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 23:48

 

 

Dessin-portrait-Féline Eléna

 

 

Elémentaire ! ce mot il l'entend constamment

Ce cher "Docteur Watson" qui doute de son intelligence

A trouver quelques solutions de toute urgence

Dans les enquêtes menées par "Sherlock Holmes", évidemment.

 

Le cerveau de ce fin limier fonctionne à un autre rythme,

A un autre niveau, sans peur de tomber en carafe

Tellement il navigue très haut, nomme familièrement "girafe"

Cette faculté qu'il a de résoudre promptement les énigmes.

 

Pourtant, Sherlock bute sur une charade qui le tourmente,

Le fait fumer plus que de raison, ne pipe mot

Concentré qu'il est, le ferait croire sur un échafaud

Entre la vie et la mort, s'autorise un moment de détente.

 

Un entretien avec une stagiaire le distrait un peu,

Engagée pour un temps, elle est la nièce de Watson,

Palabre poliment, répond patiemment aux questions

Posées par ce talent en herbe, terre à terre, le ton judicieux.

 

Eléna échappe aux tâches insipides souvent dévolues

Aux subalternes, s'intéresse aux enquêtes en cours,

Son regard tombe sur ce papier, joue sur du velours

En lisant cet indice, "élécharafe", épinglé à leur insu.

 

Le duo célèbre est absent, absorbé par le terrain,

La "détective en devenir" a quartier libre,

Se met en condition, sent monter cette fibre

Curieuse, prend l'affaire en mains.


Holmes est revenu chercher son chapeau

Qu'il trouve sur la tête d'Elena endormie

La loupe à la main, a écrit des gribouillis

Sur un "Chat Ailé de la RAF" traité en héros. 



Partager cet article
Repost0
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 23:50

 

IMGP1776.JPG 

 

Les pierres parlent, c'est un montagnard qui me l'a dit,

Il les côtoie à perte de vue, intègre leur paysage,

Et quand vraiment son envie tend vers le dépistage

Il lance un appel à l'infiniment petit,

 

Qui lui répond par des traits de génie,

Des images renvoyées par jets sur pierres,

Se redessinent en langage connu, comme cette roturière

Cheveux au vent, fantômatique, flânant, indéfinie.

 

IMGP1780.JPG

 

Mais un changement de direction, la fait disparaître

Se transformer peut-être en ce caniche,

Le regard sombre, poils longs, pastiche

D'un temps nouveau aux accents de fête.

 

IMGP1781.JPG

 

A force de faire le canard, il le devient en se retournant,

En double coin, en oublie les aboiements,

N'est pas chien, évite les atermoiements

En imposant son profil à bec si évident.

 

IMGP1782.JPG

 

Toutefois, un lion rôde, espère prendre la place

En dévorant l'espace, y parvient pourtant

En changeant de profil, très gauche à l'instant

Il reste maladroit, n'est pas vraiment une menace.

 

IMGP1783.JPG

 

Cochon qui s'en dédit, un porcelet surgit

Et rafle la mise en bon omnivore qu'il est, 

Grogne de plaisir croyant avoir gagné

Le droit de poser pour la postérité sans sursis. 

 

IMGP1784.JPG

 

Hé bien non, la palme revient à ce chien de berger

Perché sur son rocher en calme vigie

D'un territoire qu'il connaît par coeur, conquis

Par l'appel de la montagne, hiver comme été.

 



Partager cet article
Repost0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 23:30

 

La fenêtre s'est entr'ouverte, un espoir imminent

De connaître cette femme qui inspire son émoi,

Son état de vampire l'a fait reculer bien des fois,

Maintenant, pour lui, il est plus que temps.

 

Le temps de s'approcher et de se faufiler

Pour se montrer enfin, il espère sans peur,

Ne veut pas l'effrayer, ni provoquer de heurts,

Déclarera son amour avec humilité.

 

Son élue est là devant lui, de dos

Mais il sent qu'elle sait, a prévu sa venue,

Attend un mot, un geste tendre de cet inconnu

Qui alimente ses pensées en rythme crescendo.

 

Cette frêle silhouette retient son souffle, n'ose bouger,

Des images parcourent son esprit, attisent son désir,

Des frissons la parcourent d'un réel plaisir

Qui s'annonce, à la faire maintenant trembler.

 

Ses cheveux se délient en liberté retrouvée,

Flottent dans le vent d'un renouveau,

Accompagné par ces mains qui hissent haut

Ce pavillon surnaturel, mais prêtes à rassurer.

 

Des bras l'enlacent, frôlent ses courbes lascives,

Elle se retourne, et lentement repense

A ce visage perçu dans ses rêves les plus intenses,

Le reconnaît trait par trait de manière intuitive.

 

Ses doigts s'apposent d'un geste délicat,

Ses lèvres s'empourprent de vouloir embrasser

Ces canines de vampire pour l'instant apaisées

Qui se fendent d'un baiser au ravissant éclat.



A lire dans le même registre : Poème vampire : Amour fou vampire...     

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 12:20

 

 

 

 

 

 IMGP1814.JPG

 

 

"Eta" vient de la grèce antique, tire la langue

Pour se convaincre sans aucun blasphème

Que la vie l'habite, se parle à elle-même

Et, bien vivante, prend ce bateau qui tangue.


En croisière dans les îles Cyclades, elle s'étale

Au soleil sur le pont avant, aspire au repos

Sur cette chaise longue qui la rend frais et dispos

En mot-croisant avec talent, au dessus de la normale.

 

Pour la énième fois, on lui demande son nom,

Ce soûl marin attend, son carnet à la main,

Un pseudo est lâché, ce sera "Cage", enfin,

En hommage à Nicolas cet acteur si mignon.

 

Etre incognito, elle aime bien cette belle Hellène

Qui use de son charme, évite de tourner en rond,

Dans sa cabine trouve bien vite des solutions

Pour occuper ses moments libres, se démène.

 

Salle de sport ou de ciné, tout lui va bien

Du moment qu'elle reste active, elle rayonne,

N'est pas d'une nature morte, personne ne la bayonne

Surtout devant ces buffets froids de type norvégien.

 

    Erudit, le Commandant de bord aime les condensés,

Note les invités par ordre d'apparition à sa table,

"Eta" peut lire à sa place "Etalencage", aimable,

Cette attention la touche, la fait sourire d'un air gêné.


Partager cet article
Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 22:40

 

Les heures passent de ce sommeil qui ne faiblit pas,

Semelle de plomb posé en lourde chape

Sur un univers qui s'ignore, échappe

Au réel d'une vie qui parfois rend las.

 

Une histoire se raconte, jamais ne se déroule,

En avancée fantôme, ses fils ahurissants

Montés de bric et de broc, déconcertants,

De cette incroyable imagination qui souvent soûle.

 

Des tentatives, pourtant, d'emprunter des voies sécurisées

Se nouent en couloirs même minuscules tenant la route,

A quoi se raccrocher, quand l'esprit en rien n'écoute

Ce souffle subtil qui émet ses alertes enchevêtrées. 

 

Les pistes se brouillent, sont autant d'images floues

Qui intègrent des situations improbables avec force de détails,

Des trains à grande vitesse qui quelquefois déraillent

D'une raison traitée en fourre-tout.

 

Mais, ce nid douillet rassure sous la couette protectrice,

Dans la chaleur d'un lit qui retient les envies d'éveils,

Préfère l'évasion loufoque à la fin d'un sommeil

Qui pourtant pointe son nez, montre des indices.

 

Tout un corps s'étire, fait craquer ses membres,

Décrypte un schéma au repos qui reprend vie,

Actionne des leviers jusque là interdits,

Porte un regard frileux, se croirait en décembre.



Partager cet article
Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 22:10

 

 

A l'écoute, ce vampire est connecté en permanence à ce monde

Où les lumières lui interdisent toutes sortes de libertés,

Le laissent à l'écart, seul, en paria isolé,

A se morfondre dans un dédale de catacombes.

 

Chaque nuit, ses pensées se tournent vers elle

En un tendre rituel qui lui fait espérer

Un possible changement d'état, en souhait

D'attitudes positives aux normes universelles.

 

Des sentiments d'amour, si neufs à son esprit,

Le touchent sans crier gare, le fait vaciller dans l'absolu,

L'impalpable, la finesse subtile de désirs inconnus,

Défendus même, brassés dans une sphère infinie.

 

Elle, cette icône, il la place au dessus de tout,

Sur un piédestal qu'il va de ce pas rejoindre, discret,

Au plus près, peut-être à la toucher, inquiet

S'il ne la voit pas, son coeur deviendrait fou.

 

Lier son âme à la sienne, il fera son maximum

Pour partager un brin de vie ou entière,

Abandonner sa soif de cette suave manière

A la dévorer des yeux en tendre axiome.

 

Sa silhouette lui apparaît à travers cette vitre,

Un miroir aux alouettes ? il n'ose le penser,

Un battant s'ouvre, fait les rideaux voler

Comme un appel d'air fugace à plus d'un titre.

 


 


Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 22:45

 

Des âmes errent dans ces décombres épars,

Réalisent peu à peu qu'elles n'ont plus rien d'humaines,

En rien ne sert que maintenant se démènent,

Les corps s'en sont allés, les esprits sur le départ.

 

Des mains invisibles se tendent, mais se défilent

Face à ce contact impossible qui peine,

Même avec bonne volonté resteront à la traîne

De ce drame humain, en actes inutiles.

 

Inaudibles, des bruits résonnent en continu,

De ces fils imperceptibles que seule une oreille attentive

Ecoute en silence cette étrange missive,

 Ce message de non-vie étalé de visu.

 

Les vestiges happent une conscience meurtrie

Par brutaux sillages, en sanglantes cicatrices

Marquées au fer rouge, d'une empreinte dévastatrice

Qui se moque de la beauté, la traite avec mépris.

 

Un tsunami est passé, a emporté ces images

Qu'on croyait figées en paysages si beaux,

Loin de cette désolation en drame "No"

Qui a pourtant rayé l'éternel par élans de ravages.

 

Des âmes errent en recherches continuelles

De ces étincelles, pour espérer se raccrocher

A ces souffles de vies qui essaient de surnager,

En vain, d'âmes à néant sombrent par poussées cruelles.

 


 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 16:37

 

Ces êtres de la nuit ont fait un pacte éternel

Avec les puissances du mal, alliés de l'ombre,

Partisans de s'accaparer les âmes en nombre,

Sans limite, sans quota, pour puiser dans ce panel.

 

Les vies ne comptent pas, pourvu que le sang dégouline

De ces veines percées avec assiduité

Par un groupe vampire au regard aiguisé

Vers ces cibles qui ne payent pas de mine.

 

Minois effrayés, visages de craintes semés

Au gré des attaques visant les nuques,

Sujets de toutes les tentations, s'ensuquent

Aux tactiles pressions assaisonnées.

 

Ces vampires aspirent sans compter,

Prennent ce qu'ils peuvent de ce sang,

Délicieux nectar qui leur manque tant,

Tout un jour dans leurs antres à y penser.

 

Les actes s'accomplissent par nuées volatiles,

Les proies sont absorbées, vidées de leurs substances

Dans des cris de terreur, des visions de malchance

Guidées par ce spectre mortel, côté pile.

 

Côté face, des mâchoires saillantes oeuvrent

A croquer jusqu'à plus saoûl, à s'enivrer

De ce doux parfum rouge sang pigmenté

De ce désir inassouvi dont ils s'abreuvent.



 


Partager cet article
Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 23:40

 

 

IMGP1772.JPG

 

 

Dracula est sur ses gardes, il se sent surveillé,

A le flair pour ces choses là, c'est en lui,

Des voyants s'allument à toutes heures de la nuit

Et du jour aussi, ses visions restent éclairées.

 

Ce Pirate lui rappelle une vieille connaissance,

De ces corsaires maudits voguant dans la brume,

Fuyant comme des anguilles sur ces mers, qui écument

Les riches endroits vécus comme une renaissance.

 

Ce visiteur est un fantôme, il en est presque sûr,

Il l'a vu disparaître, là, devant ses yeux

Alors qu'il s'apprêtait à le prendre au sérieux,

A entrer en scène au gré de ses allures.

 

Mais des coups sont frappés à la porte d'entrée,

Le Capitaine est là, armé jusqu'aux dents,

L'embrasure imposante est ouverte à présent,

Laisse entrer lentement cette ombre déclarée.

 

Le Prince des Vampires fait durer son plaisir,

Lance pour s'amuser quelques chiens à ses trousses,

De ces bêtes féroces qui flanquent bien la frousse,

Du même rang que leur maître, blancs à pâlir.

 

Impassible, le corsaire déploie son attirail,

Assène ses coups mortels à ces crocs débordants,

Attend la suite, en garde, avançant

Vers ce Comte, en fond de salle comme un épouvantail.

 

Loin d'être un pantin, il incante, transforme son look,

Défigure ses traits, durcis par des canines pointues

Plus que de coutume, pour tuer sans retenue

Cet intrus qui manoeuvre à la Cap'tain Cook.

 

Les lames scintillent, les mâchoires sont avides

Du sang de l'autre, s'approchent dans ce combat

Qui déchiquète, éclabousse les murs, abat

Des cartes funestes aux accents de masques livides.

 

En fait de fantôme, Dracula n'est pas en reste

S'évapore à volonté, surprend, joue la découpe

Sans quartier, jusqu'à prendre cette vie qui se loupe,

Et perd ses illusions de façon manifeste.



A lire dans le même registre  :   Poème : Un Dracula piraté, peut-être...    



Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Topirate
  • : Mon Blog s'écrit en poésies, les thèmes abordés sont très variés (l'univers vampirique prédomine cependant) et toujours relatés avec une pointe d'humour, quand le sujet le permet. Pirate au grand coeur, conteur et raconteur d'histoires, mon autre grande passion est le dessin, surtout les portraits féminins. Divers articles ponctuels et photos sur le sport ou la vie courante complète ce blog, qui, je l'espère vous plaira.
  • Contact

Recherche

Archives

Liens