Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 15:38

 

Sans savoir vraiment ce que pour nous réserve

L'avenir incertain de nos rêves les plus fous,

Enfouis, ressortis, étranges et toujours flous,

Imaginaires, sortis d'un lieu qui les préserve.

 

Matières grises en couleurs éjectées du passé,

Recollées par morceaux à la façon d'un puzzle,

Souvent rien ne veut dire cet assemblage grunge

Oubliant certains fils plus ou moins effacés.

 

Scénarios improbables pour vues aléatoires

D'un film en condensé, écourté par le temps,

Un regard incongru laissant détails en plan

Et personnages smog en visions illusoires.

 

Jamais sûr de rien, on nage en plein doute,

Presque à se rendormir pour tout se rappeler,

Mais l'heure est au réveil, pour ainsi dissiper

Ce nuage aérien qui ne tient plus la route.

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 13:44

 

L'évocation du nom met déjà l'eau à la bouche,

Plutôt facile à réaliser, voici ci-après la marche à suivre :

 

Ingrédients :

3 gros oeufs,100 gr de sucre roux, 1 sachet de sucre vanillé, 250 gr de mascarpone, 30 biscuits cuillère,1/3 de litre de café non sucré, 30 gr de poudre de cacao amer.

 

Réalisation :

Séparer les blancs des jaunes d'oeufs et mettre les jaunes dans un saladier.

Réserver les blancs dans un bol.

Mélanger les jaunes avec le sucre et le sucre vanillé. Rajouter le mascarpone au fouet.

Monter les blancs en neige et les incorporer délicatement à la spatule au mélange précédent.

Réserver la crème onctueuse ainsi obtenue.

 

Prendre un plat en pyrex (18 x 28 cm).

Tremper tour à tour les biscuits dans du café noir refroidi et les aligner dans le fond du plat (environ 15 biscuits).

Recouvrir d'une couche de crème.

Alterner avec un second étage de biscuits ( x 15 ) au café et terminer avec le reste de la crème.

Saupoudrer cette finition de cacao amer.

Réserver le tiramisu 4 heures au frigo avant de le déguster.

 

 

Tiramisu

 

 

Temps estimé :

Environ 30 minutes.

Mais le plus long reste l'attente avant de pouvoir le déguster (4 heures au frigo).

Repost 0
Published by Topirate - dans RECETTE CUISINE
commenter cet article
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 19:00

 

Un nouveau jour se lève, mais une nuit pour eux,

Créatures de l'ombre sortant de leur torpeur,

D'un sommeil orchestré, à l'abri des lueurs

D'un soleil si mortel au regard sulfureux.

 

Leur jour est bien la nuit, d'un prenant clair-obscur.

D'une vision persistante tournée vers l'éternel,

Par des yeux de lynx aiguisés et cruels

Partent en chasse, sans bruit, en un murmure.

 

Chacun sa proie, en route pour épier,

Surprendre, tel une ombre, son délicieux repas,

Savourer un nectar à boire, un pugilat,

Que des crocs généreux délivrent sans tarder.

 

La vie ne compte plus, d'ailleurs elle n'est plus là

Pour contrebalancer des penchants meurtriers

Devenus bien banals et quasi coutumiers

Pour assouvir une soif étanchée dans l'effroi.

 

"Pitié" n'est plus un mot du code des vampires,

La survie éloigne la raison et impose une loi,

N'autorise plus rien, anéantit l'émoi

D'un soupçon de bonté, d'une esquisse de sourire.

 

Seul face à lui-même, isolé par la force

Se retenir ne peut de devenir féroce

Son instinct animal en lui commande tout

C'est ainsi, c'est en lui, à en devenir fou.

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 18:31

 

Pourtant si loin et si proche à la fois,

Se parler sans se voir, une drôle d'idée

Que les lignes écrites demeurent à jamais

Un lien qui nous rassemble, permet qu'on se tutoie.

 

Sur le Net comme toile, l'araignée a tissé

Au fil de tous les jours, des relations nouvelles

Que le temps accordé les voudrait éternelles,

Une chaleur suprême en toute amitié.

 

De chat en chat, se découvre au grand jour

Des points de convergence à comparer sans cesse

Discussions animées traduisant l'allégresse

d'un moment de partage où l'on revient toujours.

 

Les frontières sont bannies, l'immédiat prédomine,

Instantanée image d'un présent décalé

Qui adapte le discours en un temps décompté

A l'abri des regards que l'infini sublime.

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 17:05

 

      Un visage apparut, juvénile, féminin, d'une étrange beauté qui fascine et interroge. De longs cheveux bouclés, des traits d'ange, le contraste était saisissant avec le lugubre de sa première apparition. Nos deux compères étaient sous le charme... De longues minutes s"écoulèrent ainsi, on aurait pu entendre voler une mouche.

 

      -" Tu es la bienvenue, mais évite de montrer les crocs, s'il te plaît, j'ai eu ma part cette nuit " plaisanta l'adepte de l'ombre, dont le seul souhait immédiat était de s'allonger et de dormir.

 

      -" Hé ! Je suis chez moi quand-même, faut pas pousser ! " s'exaspéra Danny, qui ne voulait pas rester sur la touche. Même jolie, il ne souhaitait pas de compagnie dans l'immédiat, hormis celle qu'il avait choisie. L'indépendance lui allait bien.

 

      -" Merci, mais je ne reste pas, mon ami s'impatiente..." énonça l'invitée surprise, qui maintenant effectuait des gestes amples afin de dégager ses manches trop larges. Un fourreau apparut glissant d'on ne sait où, étui magique pour un sabre luisant de mille feux, entre de mains si frêles, presque enfantines. Une arme redoutable qui rendait de suite son propriétaire moins anodin, à prendre certainement très au sérieux.

 

      Danny n'était pas rassuré du tout, sur la défensive. C'était encore une de ces tueuses qui aime pourchasser, anéantir les êtres comme nous pensait-il. Déjà, ses crocs poussaient, laissaient entrevoir un rictus moins sympathique.

 

      Alastor, aérien, était en quête d'un endroit pour dormir et ainsi évacuer le stress de toute une journée. Plus rien d'autre n'avait d'importance pour lui...

 

      Le sabre virevoltait d'une main à l'autre, en équilibre permanent, comme la danse du même nom. La jeune fille s'avança encore, lentement, sûrement. Danny n'attendit pas pour saisir un de ses bras qui prenait sa direction par une initiative instinctive d'un habitué des joutes de survie. Mais une audace irréfléchie peut réserver des surprises quelquefois...

 

      De la poigne, elle en avait et le fit savoir d'un geste leste qui déséquilibra son puissant adversaire. De tout son poids porté vers elle, son tackle glissé laissa le loup-garou, balayé, ventre à terre. Bloqué au sol, Danny rouvrit les yeux après un long moment d'absence.....

 

Repost 0
Published by Topirate - dans RECIT
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 18:21

 

      La voix était claire, traversait l'ombre d'un trait comme une lame aiguisée, tranchante, impitoyable de netteté. Un froid glacial s'ensuivit, un souffle de bise qui appelle à une réponse nuancée sous peine de clash. Pas facile pour un loup-garou de se contenir, d'accepter une rivalité sur son territoire. Mais pour l'instant il était en phase d'observation tant que l'intrus n'était pas identifié. Impulsif mais pas fou l'animal !

 

     Une silhouette maintenant prenait forme, humaine à priori, en position contemplative. Sorte de statue aux reflets épars recouverte d'un apparat de circonstance, justifiant son oubli, sa mise à l'écart du moment. Bien loin d'une agitation qu'elle semblait fuir.

 

      - " Des fleurs chez moi, tu te rends compte Alastor et maintenant ce fantôme qui veut me donner des leçons ! " lâcha Danny qui avait du mal à maitriser ses émotions.

      - " Tu peux me parler directement tu sais, j' ai un cerveau ! C'est certainement un évènement, quelqu'un chez toi, pas de doute. Changer ses habitudes de rustre n'est pas si simple... " déclara l'ombre à la recherche d'un dialogue, même de sourds.

 

      Danny, en perdition totale, détestait être dans l'inconnu. Alastor, lui, en retrait, était distant, peu concerné semble-t-il par cette vision des choses. Plutôt préoccupé par son repos personnel et la relaxation de tout son être, il s'efforcait de résorber, ça et là, quelques blessures profondes.

 

      La masse corporelle avançait maintenant, venait vers la lumière à la rencontre de ses hôtes. Une épaisse capuche laissait planer le mystère, qu'un long manteau noir alimentait allègrement. Tête baissée, sa posture montrait à peine les formes de cette entité attirée par l'obscur et sa dose d'invisibilité.

 

      Le voile tomba à l'improviste, sous deux regards demandeurs, intrigués, mais pas inquiets. A l'image d'un Alastor désinvolte qui regardait à peine, tellement un vampire sait reconnaitre et identifier par son seul odorat.

Repost 0
Published by Topirate - dans RECIT
commenter cet article
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 00:54

Ils ont une sacrée force ces loups-garous !

Et vous porteraient à bout de bras sans s'en rendre compte. Pourtant, ce n'était qu'une nuit quart de lune, une nuit de plus qui s'évapore au contact du jour. D'un jour au lever serein à la force tranquille, imbattable je dirais même, surtout pour un vampire.

 

Trimbalé, inconscient du danger et sans réaction aucune, toute aide extérieure était la bienvenue pour un être de la nuit, à cette heure du jour où la menace est à son comble. Une vie ce jour-là était sauvée.

 

"Vitesse et rase motte" est un savant mélange très efficace mis à profit par Danny pour préserver son ami promis à une mort certaine.

 

L'abri était proche, empli de pénombre, un refuge de gens incertains isolés dans leurs penchants maladifs. Cette poche de sérénité était bien loin des tourments étalés. Un hâvre de paix dégoté par un loup-garou fureteur en quête d'une certaine sérénité, en balance continuelle avec une agitation de tous les instants.

Aménagé, l'endroit était propre, presque accueillant. Danny ne disait mot, il reprenait son souffle après cette course contre la montre qu'il avait orchestré de main de maître.

 

"Merci " lâcha simplement le vampire reconnaissant.


Le teint livide lui collait à la peau et son regard impassible ne laissait rien transparaître. Mais il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire à la vue d'un vase de fleurs fraîchement cueillies placé dans un coin de la pièce. Danny hocha légèrement la tête, mais s'agita rapidement en suivant le regard de son proche voisin. Les fleurs, il n'a jamais aimé ça, une allergie chronique. Alors, en avoir chez lui...

Il s'avança et d'un geste brusque balança le tout dans la pénombre, loin, hors de sa vue.

 

" Et c'est comme ça qu'on est remercié ! " s'insinua une voix au doux trémolo.

 

Alastor, déjà, s'amusait de la situation. Il avait un temps d'avance et dégustait du regard chaque geste et parole.

Repost 0
Published by Topirate - dans RECIT
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 23:10

 

Cheveux au vent, la houle dans le dos,

Des femmes Pirates s'éloignent vers le large.

Souffle de liberté d'un air qui prend en charge

Un équipage embarqué brisant un embargo.

 

La hargne est présente et les pensées soucieuses

Pour ces rêves brisés enfouis à jamais

Au fond de ces âmes qui pourraient se damner

Dans la chair et le sang à répandre, malheureuses.

 

Chacune à son poste, les regards dans le vague

Posés vers l'horizon, à l'infini lointain

Que les flots grandissants, rugissants, incertains

Menacent d'effacer d'un tracé épilogue.

 

Mais des pages à écrire, nombreuses et tourmentées

Des mémoires à tracer au fil tranchant des lames

Affronter des moments avant que ne réclame

Leur destin évasif en lumières éclairées.

 

Torches aux poings, précieux signal à lire,

En plein brouillard, mille points qui scintillent

Evitant à tout prix les rocs sans que vacille

La chance de passer à travers les récifs.

 

Le mauvais cap passé en soulage plus d'une

Les plus dures ont aussi coulés des sueurs froides

Le long de tatouages s'insinuant, cocasses

Rivalisant de charmes aux splendeurs des lagunes.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 21:40

 

Douce vision à portée de chariot, là, tout devant,

Un espace épargné, à l'instant qui s'annonce

Au moment où chacun, résigné, se renonce

A chercher le chemin, en vain, le coeur battant.

 

Premier de file, pour une fois, un soupir

De soulagement que traduit la mine réjouie

S'avance avec entrain, le teint épanoui

Pensant dès maintenant avoir évité le pire.

 

Vide, la caisse vous tend ainsi les bras,

Invite à déposer les articles en cadence,

Défaire d'un côté, tout rassembler en tas

Envahir le tapis d'une énergie intense.

 

Activation roulante si rapide cependant

N'attend pas que finisse la mise en évidence

De produits très épars s'étalant lentement

Attirés vers le haut avant que ne commencent...

 

Les bip en séries retentissent ardemment

L'allure est soutenue, sous le regard inquiet

D'un client en retard et qui doit déposer

Le reste de ses courses avec empressement.

 

La caissière s'active, accomplit son devoir,

Jongler avec les sacs est aussi tout un art

Pour répartir ainsi le très frais, sans pouvoir

Stopper une avancée qui vous laisse bien à part. 

 

La fin de ce supplice est un soulagement

Que les sacs en chariot attestent de visu

De payer à l'instant par carte reconnue

Le ticket acquitté détaillé par montants.

 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 18:47

 

Tapis dans l'ombre, attend très patiemment,

Prêt à mordre, goûter à ce fameux nectar

D'une veine jugulaire qui s'annonce sans retard,

A portée de canines, s'avance lentement.

 

Le teint blafard, on en oublie presque

Que le sang fait partie de sa vie ténébreuse,

Il le respire, le hume, délectation farceuse

D'une moitié d'humain en quête de burlesque.


Faire le clown, il aime bien aussi.

Son humeur le guide à travers un périple

De nocturnes virées qui reviennent par cycles,

Toujours prêt, à l'affût pour s'esquiver ainsi.


Le besoin est pourtant très vivace en lui-même,

Croquer à pleines dents en intention suprême,

La victime, il attend avec empressement,

Boire à sa santé, s'accorder du bon sang.


Vampire il est, aucun choix pour les armes,

Mâchoire en avant, il choisit et s'invite

Au festin désigné, en silence, sans vacarme.

Un ange apparaît en zone interdite.

 

Mal à l'aise, son grand tort est de trop réfléchir,

Ebloui par tant de pureté, son attaque déchante,

Tente un dernier assaut sur sa proie alléchante.

En vain, l'éclat le fait s'enfuir. 

Repost 0
Published by Topirate - dans POEMES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Topirate
  • Le blog de Topirate
  • : Mon Blog s'écrit en poésies, les thèmes abordés sont très variés (l'univers vampirique prédomine cependant) et toujours relatés avec une pointe d'humour, quand le sujet le permet. Pirate au grand coeur, conteur et raconteur d'histoires, mon autre grande passion est le dessin, surtout les portraits féminins. Divers articles ponctuels et photos sur le sport ou la vie courante complète ce blog, qui, je l'espère vous plaira.
  • Contact

Recherche

Liens