Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 20:09

 

Un jeu stupide, un jeu idiot pour jeunes vampires

Se joue le jour, souvent à midi

Quand il fait le plus chaud, le soleil au zénith

Pour preuve de courage et éviter les rires.

 

Ceux qui se gaussent restent à l'ombre, planqués

Dans des bunkers de fortune, sans aucun risque

De voir s'envoler leur immortalité, bisquent

Quand des farceurs les poussent à se dévoiler.

 

Un groupe s'apprête à s'élancer en chemin découvert,

Quelques-uns s'échauffent c'en est presque risible,

Leur objectif au loin est cette cible

De tous les dangers, au diable vauvert.

 

Les premières brûlures fusent sur des peaux si tendres,

Des tatouages de souffrance font grincer les dents,

S'impriment en couleur les traits incandescents

Pour huluberlus en quête d'apprendre.

 

Certains jours c'est l'hécatombe, imprudents,

Ces Immortels sont bien fiers de leur condition,

Veulent tenter le diable sans reddition

Pour tromper leur ennui, exposent leur purs sangs.

 

      Une expérience unique qui interpelle certains

Mais parfois trop tard quand le mal est fait,

Que des portions de vie se sont envolées

Dans des méandres aux reflets diamantins.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 18:11

 

Une âme perdue cherche au hasard un gîte,

Un de ce ces lieux créateurs d'espoir,

Continuera bien à fouiner jusqu'au soir

Jusqu'à trouver l'endroit idéal, elle revisite.

 

Ses doutes ont disparu face à ce coffre-fort

Fermé à double tour, scotché de l'intérieur,

Des combinaisons multiples à faire peur

Au milieu d'un écrin tout confort.

 

Pourtant l'enveloppe charnelle impressionne,

Celle d'un vampire qui jamais ne dort,

Non plus habitué à faire plus de sport,

Attend que son heure enfin le sonne.

 

Un combat s'engage au fil d'étincelles

Qui s'entrechoquent étrangement,

Un bras de fer s'engage dans un tourment

Digne d'un vrai coup de manivelle.

 

Un esprit veut en chasser un autre,

Prendre sa place, assurer le contrôle

D'un être sans pour autant jouer un rôle,

Dans une tête des idées trottent.


Frappeur, il veut se mettre à la hauteur

De la cruauté de cette vile pensée

Diffuse, toujours prête à supprimer

Par des actes de malheur.

 

Son éclat est une arme apaisante

Qui fait pleurer les yeux de ce vampire,

Lui ouvre la porte de son coeur, soupire,

Se détend heureux dans un geste dilettante.


 

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 19:24

 

Des pièces se sont perdues à trop chercher les dédales,

Pourtant elles avaient imité quelques "petits poucets"

Mais à présent les portes sont bien bloquées

Sur des chemins d'incertitudes aux visages pâles.

 

Des brouillons que ces pistes aux peaux rouges,

En premières couches anti-rouille clairsemées,

Saupoudrent à tout instant, des guêpiers

A bien vite tomber sans que rien ne bouge.

 

      Des panneaux truqués indiquent la voie royale

Qui mène par tous les chemins à l'arène,

Aux quatres coins, des tours se traînent

Dans des torsions aux brillances opales.

 

Des fissures sèment des embûches profondes

A rendre fou les plus téméraires

Souvent à cheval sur les traditions altières

Qui les amènent à faire souvent des rondes.

 

Les fantaisies sont mises de côté, à part,

Pour le bien d'un jeu diplomatique

Qui aborde bien sûr le côté énigmatique

D'un environnement qui mise sur le départ.

 

Chaque élément est un pion sur ce livre ouvert,

Manié avec plus ou moins de lucidité

En fonction du temps qui joue en accéléré

Et provoque des lectures "courants d''air".

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 10:49

 

Des idées le pourchassent, le mettent à genoux

Devant ces photos qui le regardent sombrer,

Sa tête tourne jusqu'à peut-être exploser,

Seul un miracle le fera renaître, le remettra debout.

 

Des personnages sortent de leur prison de papier,

Reprennent cette douce apparence d'autrefois,

Des vies effacées défient maintenant la loi

Divine et cruelle qui les a rendus glacés.

 

Froide, leur apparence se réchauffe peu à peu,

Des juges regardent ce vampire qui ne fait plus le fier,

Chacune de leur sortie le frappe, le pique d'un fer

De lance qui le déchire en attendant les pieux.

 

Une dernière image s'envole, veut s'échapper,

Peut-être disparaître de ce cercle restreint,

Où des traumatismes souvent venus de loin

Prennent une place trop grande plantée de barbelés.

 

Une main supplie pour un peu de tendresse,

Des sentiments enfouis qui semblent émerger,

Par des larmes, veut faire se retourner

Cette icône qu'il vénère comme une déesse.

 

Son seul amour est sur le point de partir,

Son nom s'échappe de ses lèvres enflammées,

Aimerait à l'instant la voir à ses côtés

Au lieu de cette haine qui va l'anéantir.

 

Elle ne sortira pas de son enveloppe ancienne,

Ses yeux pourtant verront ce film retracé,

Un verdict tombera pour ses actes perpétrés,

Toutes ces vies qu'il a prises dont la sienne.


 

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 23:20

 

Aussitôt arrivés, aussitôt bien vite repérés

Par les guetteurs d'un camp romain le long des côtes,

Postés à l'affût, ne font rien d'autre

Qu'observer, signalent les nouvelles arrivées.

 

Justement, cette plage est une terre promise pour cet exilé

Qui respire à pleins poumons ce sable, cette iode

Pense au moyen le plus commode

Pour rejoindre rapidement sa douce contrée.

 

Son maquis natal l'appelle, ses montagnes aussi,

Manger du sanglier met l'eau à la bouche

De ces naufragés qui ne trouvent pas louche

Cette liberté d'action, n'en sont pas surpris.

 

Un groupe en chasse un autre sur cette mer d'huile

Où une barque romaine vient vite contrôler

Ce bateau qui à l'instant se trouve abandonné

De tout occupant, ne sont pas à l'abri d'une tuile.

 

Les légionnaires n'ont rien trouvé, s'en retournent

Bredouilles, un net soulagement pour eux,

Le ballet continue, des Pirates tout heureux

Regagnent leurs pénates, leur voyage ajournent.

 

Le veulent ainsi, mais leur joie est de courte durée,

Une drôle d'odeur se fait, en cale, insistante,

Celle d'un fromage, désagréable au possible, démente

Le Cap'tain par sa torche finit par tout faire exploser.

 


Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 19:52

 

Une main le retient de sauter d'un train en marche,

D'une vie sinistre qui ne lui convient pas, plus,

Il est désespéré de ces actions sans retenues

Ces homicides qui lui pèsent, il se sent lâche.

 

Un geste l'a rattrapé, c'est vrai cette fois-ci,

Une poigne étonnante qui l'a ensserrée

Dans un étau de fer, l'a vite ramené

A son semblant d'existence, n'a pas compris.

 

Comment, lui, un vampire, peut-il être sauvé ?

Cette question trotte dans son cerveau de glace,

Une seule à la fois, car il n'a pas la place

Pour plus d'interrogation, c'est une machine à tuer.

 

A tuer le temps souvent, en vampire journalier

Qui hait la lumière et les éblouissements,

Parfois lui font voir dans des rêves émouvants

Ces êtres qu'il a furtivement cotoyés.

 

La poigne recommence son oeuvre énergique,

Veut se faire comprendre, insiste,

Le secoue jusqu'à le faire trembler, résiste

A son fluide intense de vampire maléfique.

 

Un visage apparait pourtant, si proche,

Par ce portail ouvert sur un autre monde

Lui rappellant son dernier acte immonde,

Une victime l'a inondée de reproches.

 

Curieux, ce vampire craque une allumette

Fasciné par un regard plus qu'insistant,

Qui fond de se voir ainsi permanent

Dans le reflet de ses yeux devenus noisettes.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 19:35

 

Son regard cherche mais ne trouve pas

Cette relique qui l'accompagne toujours,

En crise, elle le calme plus qu'à son tour,

S'applique par contact sur sa peau de soie.

 

Cette médaille à tête d'ange lui rappelle des souvenirs,

Ces temps heureux, ces temps bénis d'entre tous

Eloignés de la peur, il revoit cette frimousse

Qui l'apaisait, l'aidait à se retenir.

 

Une vision le transporte en des lieux incertains,

Des endroits où seule cette lumière brille

Dans un coffre aux trésors qui aussi fourmille

D'objets de délits, autant que de larcins.

 

Un vampire aux crocs d'or s'inonde de cette vue

De cette joie qui le plonge dans des trophées,

A le rendre riche comme Crésus ou Ptolémée,

Il se prend pour un Roi en grande tenue.

 

Les détails sont précis, sa perception s'affine,

Enfin, retrouve son dû par effets sensoriels,

Vampire aussi, il a ces étincelles

De génie, frotte une lampe alcaline.

 

La magie s'invite par trois voeux solennels

Font ainsi ramener son précieux talisman

Quant un butin disparaît, provoque le tourment

D'un voleur dépité qui se brûle les ailes.

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 18:01

 

Une goutte de rosée l'a simplement touché

Un matin de pleine lune juste avant l'aube,

Un doux contact, une sensation qui l'enrobe

D'une fraîcheur qu'il ne connaissait plus l'été.

 

Le liquide cette fois-ci glisse dans son corps,

Se répand par son épaule, s'infiltre lentement,

Le laisse à genoux ses pensées en suspens,

Sa voix vampire exprime des remords.

 

Une seconde frappe, puis une troisième sèment

D'autres graines de vie qui le transperce,

Font évoluer son état qui se disperse,

Son visage se radoucit, efface un emblème.

 

Cette marque haineuse sur son front pâlit,

N'a plus aucune accroche sur cet être

Qui change, regarde le soleil naître

Sur cette ligne d'horizon qui l'éblouit.

 

Il est bien tard pour lui, ne peut bouger,

La chaleur s'empare de son énergie,

Ses bras se tendent comme incompris

De rayons lumineux millimétrés.

 

Le jour peut accomplir son acte peut-être,

Ou bien le regarder ainsi se débattre,

Lutter vainement contre ce futur miracle

D'une renaissance en courbettes.

 

Ses canines lui en tombent, ses cheveux aussi

Par flots, par touffes, comme une épuration

Le vampire n'est plus qu'une illusion,

Dans la tête et le corps s'est reconstruit.


       

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 07:00

 

 

La folie n'est pas que de ce monde, universelle

Elle a touché ce vampire qui ne demandait rien,

En plein coeur, l'a remplit d'un chagrin

Qu'il a du mal à contrôler, l'interpelle.

 

Une peine incompréhensible le laisse à plat

Loin de ses habitudes sanguines déclarées,

Des flèches d'amour l'ont ainsi figées

Dans une posture éteinte, sans éclat.

 

Ternes, ses pensées fuient cette douce illusion,

Il pleure pour ces sentiments qui l'envahissent,

Ne se sent pas à la hauteur, espère qu'un complice

Pourra l'aider, lui chuchoter des mots sans pression.

 

Encore faut-il qu'il puisse retrouver l'élue

Qui a pris bien vite la poudre d'escampette,

En le voyant surgir canines en tête

Et en mâchoires, avait le cri qui tue.

 

L'attirance du sang n'a pas gagné ce combat,

Un face à face emporté pour une fois par le bien

Qui a retenu la morsure mortelle d'un tout petit rien,

Un regard d'ange a encore fait des dégâts.

 

Ses yeux clairs ont percé l'abscès belliqueux

D'un vampire qui n'a pu accomplir son geste,

A vu fondre sa méchanceté et ses mains lestes

Effacées, au profit de sentiments amoureux.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 17:35

 

Une lueur sanguine traverse la pleine lune,

Encore une nuit de tous les dangers !

Quelques loup-garous se sont mis à hurler

Pour marquer leur territoire nocturne.

 

Une frêle silhouette pourtant tente sa chance,

Ne déroge pas à son chemin habituel,

Se moque un peu du décor sombre et solennel

De ce lieu que beaucoup évitent par méfiance.

 

Le raccourci emprunte des chemins de traverse

Parsemés de bosquets, autant de pièges,

Mais peu importe tout ce manège,

Autour d'elle, son insouciance déverse.

 

Son regard est attiré par des bruissements,

Des loups monstrueux ne se font pas prier

Pour montrer les crocs, prêts à savourer

De la chair fraîche abondamment.

 

Peut-être est-elle myope, mais pas sourde

Elle se retourne, sourit sans peur,

Elle a des amis vampires, et même sa soeur

Fait partie de ce clan qui aime en découdre.

 

Une petite morsure l'a débarrassée d'une gêne,

De cette timidité maladive qui la dévorait,

Plus personne ne craint la nuit tombée,

Sa nouvelle aura est celle d'une Reine.

 

Les grognements cessent, les envies de repas aussi,

D'autres canines prennent la relève dans un souffle

Sensoriel et magique, un être s'emmitoufle

Dans un monde vampirique guidé par un esprit.


 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Topirate
  • : Mon Blog s'écrit en poésies, les thèmes abordés sont très variés (l'univers vampirique prédomine cependant) et toujours relatés avec une pointe d'humour, quand le sujet le permet. Pirate au grand coeur, conteur et raconteur d'histoires, mon autre grande passion est le dessin, surtout les portraits féminins. Divers articles ponctuels et photos sur le sport ou la vie courante complète ce blog, qui, je l'espère vous plaira.
  • Contact

Recherche

Archives

Liens